Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Petite enfance / Jeunesse

Services résidentiels généraux : « Il faut des mesures d’urgence »

Depuis quelque temps, bon nombre de travailleurs de services résidentiels généraux poussent un cri d’alarme sans être véritablement entendus. Ces institutions, qui accueillent une partie des jeunes qui nécessitent une protection en dehors de leur milieu de vie familial, semblent avoir de plus en plus de difficultés à jouer leur rôle dans de bonnes conditions. Enquête.

© Flickrcc Clive Varley

Alice* a 31 ans. Il y a six ans, cette Française aux cheveux ondulés décide de s’installer à Bruxelles avec la ferme intention d’exercer le métier qu’elle désire depuis si longtemps : éducatrice spécialisée. « Dès l’âge de 14 ans, je disais à ma mère que je serais éducatrice, raconte-t-elle. Quand je suis arrivée en Belgique avec mon diplôme en poche, j’ai tout de suite cherché du boulot. Au début, je voulais travailler dans le milieu du handicap. Mais je me suis rendu compte que la Protection de la jeunesse recrutait beaucoup plus. Je savais que ce milieu était très dur, j’avais déjà eu des échos, mais j’ai décidé de me lancer dedans. Très vite, j’ai trouvé du boulot. »

Aujourd’hui, Alice occupe la place d’éducatrice du SRG, ou service résidentiel général, au sein d’une grande institution. En Fédération Wallonie-Bruxelles, il en existe 122. Ils hébergent sur mandat une partie des jeunes qui nécessitent une protection, une aide et un suivi en dehors de leur milieu de vie familial. Les raisons de ces placements sont multiples : suspicion de maltraitance, difficultés pour les parents d’assumer leur rôle (problèmes financiers et matériels, problèmes psychologiques, alcoolisme, toxicomanie, etc.) ou encore conflits avec les parents.

Ainsi, depuis six ans, Alice s’occupe, comme ses collègues éducateurs, du lever, du coucher, du moment du repas, d’occuper, de jouer, gère les devoirs, les blessures, les conflits et les crises, les sorties, les rendez-vous médicaux, sportifs et autres de ces enfants. Elle dresse également des rapports d’évaluation sur les enfants, lance des initiatives et s’entretient régulièrement avec l’équipe pluridisciplinaire pour définir et discuter organisation et projets des enfants. Et tout ça, en essayant d’apporter à chaque enfant l’attention et l’affection dont il a besoin. Depuis six ans, comme bon nombre de ses collègues, Alice aime profondément son travail : « Je me sens utile. Je crois dans ce que je fais : travailler avec des enfants qui n’ont pas eu la chance d’avoir une histoire familiale stable et qui ont parfois vécu des choses terribles. »

Mais il y a quelque temps, Alice a craqué.

« Très souvent, les week-ends pendant mes heures de travail, je me retrouve seule pour gérer 12 à 14 enfants, à ne pas pouvoir sortir avec eux car il faut un éducateur pour 6 enfants. J’aimerais que l’on m’explique comment je peux bien faire mon travail. » Une éducatrice en SRG.

Burn-out

« La crise sanitaire a parfois empêché les enfants de pouvoir sortir de l’institution pour aller à l’école, voir leurs parents ou pour faire d’autres activités. Nous avons eu beaucoup plus de travail. Aujourd’hui, on sent une grande fatigue dans les SRG », soupire Alice. Mais, pour elle, cette période n’explique pas tout. « Depuis un certain temps, la situation se détériore fortement. Les enfants qui arrivent chez nous ont de plus en plus de troubles qui amènent régulièrement à de la colère, des crises et parfois de la violence envers nous ou leurs camarades. »

« Certains jours, je me retrouve seule pour gérer 12 gamins qui ont tous des besoins différents, continue Alice. J’ai encaissé, encaissé, essayant chaque jour de faire mon travail du mieux possible. Quand je me suis rendu compte qu’on ne pouvait pas bien faire notre boulot et que cela impactait directement les enfants, j’ai commencé à être de plus en plus fragile. Et puis deux fois de suite, je me suis effondrée au travail. » Mais Alice ne voulait pas s’arrêter. « Je me disais, OK, imaginons que j’arrête. Et puis quoi ? Ça ne va pas améliorer la vie de ces gamins. J’étais en colère contre moi et contre un système qui ne fonctionne plus. » Elle prend finalement la décision d’aller voir un médecin. Résultat : suspicion de burn-out, un mois d’arrêt.

Après cette rencontre avec Alice en août dernier, nous avons cherché à savoir si son histoire et la situation de son institution étaient des cas isolés. Après trois mois d’enquête, la réponse que nous pouvons apporter est : non, ce ne sont pas des cas isolés. Sur une quinzaine de témoignages d’éducateurs de SRG bruxellois et wallons, tous comprennent la situation d’Alice et au moins dix reconnaissent vivre la même situation : des enfants avec de plus en plus de problématiques importantes, des retours les week-ends de moins en moins fréquents et une charge de travail et de stress toujours plus forte.

Procédure

Pour bien comprendre la problématique des SRG, il faut préciser « que le placement est la dernière solution envisagée », explique affirme Michèle Meganck, juge de la jeunesse à Bruxelles (seule juge bruxelloise à avoir répondu à nos sollicitations). En Fédération Wallonie-Bruxelles, l’Aide à la jeunesse met d’abord l’accent sur la prévention afin d’éviter toute forme d’intervention. C’est d’ailleurs sur ce point qu’insiste le Code de la prévention, de l’aide et de la protection de la jeunesse, décret réformé en 2018 (lire « Le code Madrane est là ! », 458, janvier 2018). « C’est pour cette raison que nous avons notamment injecté 1,2 million d’euros pour renforcer et ouvrir d’autres services d’action en milieu ouvert (AMO). Ils permettent sur la demande d’une famille ou d’un jeune d’avoir accès à un accompagnement », insiste Valérie Glatigny, ministre de l’Aide à la jeunesse. Mais parfois, la prévention ne suffit pas.

« Tout commence par un signalement ou une demande de la famille faite aux services de l’aide à la jeunesse (SAJ) », explique Guy de Clercq, conseiller au SAJ de Mons. Si la situation est urgente pour l’enfant, le juge peut être directement saisi et ordonner l’éloignement provisoire de l’enfant en attendant les investigations du SAJ. « Que la situation soit urgente ou pas, le SAJ tente ensuite une aide négociée avec la famille et les enfants concernés. Nous faisons des propositions adaptées qui peuvent prendre différentes formes : par exemple, un accompagnement psychosocial dans ou à l’extérieur du milieu de vie ou l’éloignement temporaire, par exemple en SRG. Il existe beaucoup de solutions. »

Si la famille ou l’enfant refuse de collaborer, le SAJ peut ensuite signaler la situation au parquet pour que l’aide devienne contrainte. Puis à Bruxelles, c’est au juge de la jeunesse de décider des mesures à prendre pour le jeune. En Wallonie, c’est aux services de protection de la jeunesse (SPJ). Et comme le stipule le Code qui souhaite que l’accompagnement de l’enfant dans son milieu de vie soit la solution privilégiée, l’éloignement de l’enfant en dehors du milieu familial doit être « exceptionnel et temporaire dans la mesure du possible ». Et donc, doit être la dernière solution. Cet éloignement peut se faire dans différentes structures : en famille d’accueil ou en institution… dont en SRG. « Les enfants placés sont donc des enfants avec de grosses problématiques familiales. Il faut le dire et le répéter : avant de placer un enfant, on doit essayer beaucoup de choses en discussion avec l’enfant et la famille. Ça ne fait plaisir à personne, mais, quand on place, c’est qu’il y a une raison. »

Une fois que l’enfant se trouve en SRG, plusieurs ajustements doivent se faire pour garder un lien avec la famille : des retours dans la famille peuvent être prévus pendant les week-ends et les vacances, des rencontres peuvent s’organiser au sein de l’institution, etc. De son côté, l’assistant social ou le psychologue du SRG travaillent avec les parents sur leur situation dans le but qu’ils puissent un jour être aptes à accueillir à nouveau leur enfant. « Il faut rappeler que les services qui hébergent doivent travailler sur les possibilités de retour de l’enfant dans sa famille », confirme Muguette Poncelet, directrice du SPJ de Neufchâteau. C’est pour cela que, tous les douze mois, sur l’avis des délégués des SPJ, des SRG mais aussi des enfants et des parents, le juge en charge (ou le SPJ pour la Wallonie) décide du renouvellement ou non du placement, d’un changement de service, etc.

Une réalité qui se complique ?

Mais, depuis quelques années, pour de nombreuses personnes du secteur, la situation des SRG se dégrade, mettant les travailleurs sous pression. Et cela pour trois raisons. D’abord parce que le milieu de l’aide à la jeunesse est saturé. Pour preuve, en Fédération Wallonie-Bruxelles, 791 jeunes sont en attente d’un accueil résidentiel, selon les chiffres du ministère. « C’est bien beau de parler de prévention, de garder les liens avec la famille, etc. Mais la demande de protection en dehors du milieu de vie est bien là, il faut donc mettre les moyens pour nous soutenir », balance Julie*, une éducatrice. « Il y a clairement un manque de places et dans tous les types de services », affirme Michèle Meganck.

Cette saturation réduit les marges de manœuvre des juges et de certains SPJ. « Dès qu’une place se libère, on essaye d’aller très vite pour placer un enfant en attente et qui est en danger », continue la juge. Sauf que parfois ces enfants ont déjà développé des comportements qui nécessiteraient un accompagnement thérapeutique. « Dans ces cas-là, je devrais les placer par exemple dans un service résidentiel spécialisé qui accueille des jeunes ‘difficiles’ ou même essayer de trouver une place dans le secteur de la santé mentale, explique-t-elle. Mais là aussi, on manque de places. Et vu qu’on ne peut pas laisser ces gamins sans solution, on est régulièrement obligé de les placer temporairement en SRG. » « J’ai un enfant comme ça, qui fait de nombreuses crises qui peuvent durer très longtemps et qui mobilise absolument toute mon attention. Selon moi, il n’a rien à faire dans mon SRG », raconte Yasmina*, éducatrice en SRG. Comme beaucoup de ses collègues, elle n’a pas de formation adaptée pour s’occuper correctement de ces enfants en très grande difficulté psychologique, « d’autant que je dois aussi m’occuper des autres », soupire-t-elle.

« Pour passer de 6,75 à 10 éducateurs, il faudrait environ 15 millions d’euros. Et même si nous pouvions dégager autant d’argent, ce qui n’est pas aisé, tout cet argent ne serait pas seulement utilisé pour augmenter ces normes. » Raphaël Noiset, conseiller de la ministre de l’Aide à la jeunesse.

Enfin, il semble de plus en plus difficile d’organiser des retours en famille durant les week-ends, tant les situations familiales sont difficiles. « Sur 120 situations que nous accompagnons en SRG dans notre maison, seulement une vingtaine d’enfants sont autorisés à rentrer les week-ends », reconnaît Manuel Sols, directeur de la Maison d’enfants Reine Marie-Henriette. « Chez nous, seulement 3 enfants sur 15 retournent dans leur famille les week-ends », témoigne à son tour Eric Olivier, directeur du Foyer de Burnot. Pour Michèle Meganck, cette tendance est visible depuis quelques années. « C’est une réalité, du moins pour les dossiers dont je m’occupe. Je dirais qu’environ trois quarts des enfants placés en SRG dont j’ai la charge ne peuvent pas rentrer les week-ends à cause d’un risque trop grand. »

Autant de paramètres qui mettent les travailleurs sociaux des SRG sous pression. « Car si la situation semble se dégrader pour nous, ce n’est pas pour autant qu’on donne des moyens humains supplémentaires », intervient Lucas*, éducateur d’un SRG wallon.

Des normes d’encadrement obsolètes ?

Face à ces situations critiques pour les éducateurs, les normes d’encadrement, elles, restent presque les mêmes. Celles-ci déterminent, pour chaque service, le nombre de travailleurs sociaux dont le salaire sera subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Et autant dire que les SRG sont plutôt mal lotis. En matière d’éducateurs d’abord : pour s’occuper 24 h/24 (à part pendant les moments scolaires) de 15 enfants, les SRG ont le droit à 6,75 éducateurs (le gouvernement ayant récemment augmenté les normes de 0,25 en plus d’avoir offert un ou deux jours de congé supplémentaires). À titre comparatif, les services résidentiels d’observation et d’orientation (SROO) et les services résidentiels d’urgence (SRU) ont le droit à un éducateur par enfant. Les premiers s’occupent d’accueillir des enfants nécessitant un placement d’urgence (troubles du comportement, maltraitance…) durant trois à six mois, de les observer et de les orienter, et les seconds d’organiser l’accueil d’urgence pour maximum 40 jours. Pour Michèle Meganck, « certes, les rôles de ces services résidentiels ne sont pas les mêmes. Et les SRU et les SROO ont besoin d’autant d’éducateurs pour réaliser leur mission. Mais cette énorme différence avec les SRG n’est plus justifiable ».

Des enfants de plus en plus difficiles, qui rentrent de moins en moins les week-ends, un travail avec des parents avec d’importants problèmes et des normes d’encadrement trop faibles : c’est ce que clament bon nombre d’éducateurs et de directeurs de SRG. « Alors on s’organise comme on peut pour gérer tout cela à la fois, explique Marie-Joëlle*, éducatrice en SRG. Très souvent, les week-ends pendant mes heures de travail, je me retrouve seule pour gérer 12 à 14 enfants, à ne pas pouvoir sortir avec eux, car il faut un éducateur pour six enfants. J’aimerais que l’on m’explique comment je peux bien faire mon travail. » Alors ces éducateurs « bricolent », comme ils disent. « On fait du bricolage, continue Lucas*. Comment voulez-vous faire quand on doit seul s’occuper d’autant d’enfants ? »

Les deux SRG namurois pointent également un autre problème. « Nous avons le droit à un mi-temps spécialisé en psychosocial. Donc on fait le choix entre un psychologue ou un assistant social alors qu’on aurait fondamentalement besoin des deux pour travailler avec les parents et les enfants », se désole le directeur du Point-Virgule, Samuel Drion.

Alors, pourquoi ne pas revoir ces normes ? « L’idée est davantage d’investir le champ de la prévention et du travail en famille. Et puis cela serait trop cher, répond Raphaël Noiset, conseiller de la ministre de l’Aide à la jeunesse. Pour passer de 6,75 à 10 éducateurs par exemple, il faudrait environ 15 millions d’euros. Et même si nous pouvions dégager autant d’argent, ce qui n’est pas aisé, puisque, je le rappelle, la Fédération Wallonie-Bruxelles ne peut pas lever l’impôt, tout cet argent ne serait pas seulement utilisé pour augmenter ces normes. » Bien sûr, Valérie Glatigny et ses équipes ont bien conscience de la situation. « Je comprends très bien tout ce qui se dit dans certains SRG. Les éducateurs ont un travail difficile et se retrouvent souvent seuls. Aujourd’hui nos ambitions sont très claires : nous voulons améliorer les réseaux de ces institutions. Qu’elles puissent avoir facilement accès à des psychologues, à des animateurs, à des professionnels de la santé mentale. En plus de ça, nous organisons en ce moment des réunions avec différents secteurs (protection de l’enfance, handicap et santé mentale, juges, magistrats…) pour améliorer la coordination entre eux et ouvrir éventuellement de nouveaux services. Cela est nécessaire pour apporter une réponse adéquate aux besoins spécifiques de ces jeunes. Tout cela permettra de diminuer fortement la charge sur les SRG. »

Pas tous d’accord sur le constat…

Pour terminer notre enquête, nous devions aborder une dernière chose : le fait que, sur le constat que font les personnes à qui nous avons majoritairement donné la parole dans ce papier, tout le monde n’est pas d’accord. « La situation n’est pas pire qu’avant, affirme Muguette Poncelet, directrice du SPJ de Neufchâteau. Dans mon secteur géographique, les enfants qui restent longtemps et qui nécessitent un suivi psychologique, c’est une minorité. » « On a toujours l’impression que la situation est pire qu’avant. Moi je ne remarque pas ça dans mon établissement, souligne Serge Lahaye, directeur de la Tramontane, un SRG bruxellois. En tout cas, on essaye d’être stratégique pour que le maximum d’enfants puisse par exemple sortir les week-ends et que nos éducateurs ne soient pas trop sous l’eau. On fait beaucoup appel à des personnes de parrainage, certains enfants vont en camp scout, ou autres. Et puis on travaille énormément avec les familles pour envisager des retours réguliers ou définitifs. »

« Je n’ai pas l’impression que la situation soit pire qu’avant. Mais si vous me dites que bon nombre de personnes vous disent cela, oui il faut l’objectiver. » André Donner, juge de la jeunesse wallon

Certains SRG ne travaillent-ils pas assez avec les familles de ces enfants ? « Difficile à dire », répond Michèle Meganck. « Pour moi, c’est évident, affirme une directrice de SRG de Chimay. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le placement n’est pas une fin en soi. Ces enfants, pour bon nombre d’entre eux, souhaitent retrouver leur famille. » « De plus, je trouve qu’on ne fait pas assez confiance aux jeunes ados. Quand une mère est alcoolique par exemple, un jeune de 13 ou 14 ans sait gérer et se protéger d’une situation de danger. » Pour un proche du dossier, « ce qui est certain, c’est qu’il existe deux positions différentes : les SRG qui se veulent très protecteurs de l’enfant sans oublier le travail qu’ils doivent entreprendre avec les familles, mais qui plaident régulièrement le non-retour, même les week-ends. Et d’autres, plus proactifs sur le travail avec les familles, qui cherchent à garder ce lien et souhaitent prendre davantage de ‘risques’. En réalité, les deux positions sont tout à fait louables ».

Pour objectiver la situation et pour pouvoir déterminer des mesures à prendre, bon nombre d’acteurs demandent qu’une enquête soit menée. « On ne peut pas continuer comme ça », déplore Manuel Sols, directeur de la Maison d’enfants Reine Marie-Henriette. « Je n’ai pas l’impression que la situation est pire qu’avant. Mais si vous me dites que bon nombre de personnes vous disent cela, oui il faut l’objectiver », estime André Donnet, juge de la jeunesse wallon. Dans le bassin namurois, neuf SRG ont déjà commencé. « On a décidé de réaliser une enquête interne pour répondre justement à la question : la situation est-elle pire qu’avant ? Le but sera d’analyser les situations des enfants, des familles et de nos travailleurs », explique Samuel Drion. Mais, pour Michèle Melanck, « on sait que ça se dégrade et le politique en a bien conscience. Pour le bien des enfants placés et des services éducatifs, il faut des mesures d’urgence ».

Il y a maintenant un mois, Alice a repris le boulot. « Avec un peu moins de stress et plus de détachement, dit-elle. Même si, quelques jours avant mon premier week-end, j’avais une petite boule au ventre. » Elle souhaite aujourd’hui rester dans le milieu de l’aide à la jeunesse… mais quitter le secteur des SRG.

En savoir plus

« Rester ouverts à tout prix », Alter Échos n° 491, mars 2021, Grégoire Comhaire.

« Aide à la jeunesse : ‘L’épidémie nous a poussés à revoir l’ensemble de l’organisation du travail’ », Alter Échos web, 26 mars 2020, Cédric Vallet.

Robin Lemoine

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)