Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Panpan Culture

Quand Ali rencontre Aliette

Lui, s’appelle Ali Talib. Elle, Aliette Griz. Le premier est un refugié irakien arrivé en Belgique et convaincu d’y trouver une terre d’accueil. La seconde est autrice et poétesse. Ensemble, ils ont écrit «Maman, je suis un réfugié» et réalisé un documentaire portant leurs prénoms respectifs. Alter Échos vous raconte cette odyssée remplie d’espoirs mais surtout de désillusions.

C’est par un refus que s’ouvre le livre. Celui des parents conservateurs et sunnites d’Anosha, rejetant la demande en mariage d’Ali, issu d’une famille majoritairement chiite. Secrètement et chastement amoureux de la jeune fille depuis cinq ans, l’espoir qu’il a de s’unir à elle prend fin. La cause? Le conflit confessionnel entre les deux courants de l’islam. 

C’est aussi par un refus que se termine le livre. Celui des autorités belges qui n’acceptent pas sa demande d’asile. Après trois ans d’attente et de galère, Ali retourne en Irak.
Printemps 2003, Ali a 14 ans quand les États-Unis déclarent la guerre pour «libérer» le pays de la dictature de Saddam Hussein.
Rossignols, bombes et kidnapping
Dans Maman, je suis un réfugié, Ali raconte son existence de l’âge de 8 ans à l’âge de 29 ans. Il en profite pour confier à sa mère tout ce qu’il n’a jamais osé lui dire. 

On y lit son enfance heureuse et insouciante. La joie est au rendez-vous, les sourires sur les lèvres, les moments heureux avec Yassir – son meilleur copain – avec qui il court «à perdre haleine à travers le verger […] La vie est belle». Puis tout s’arrête. Printemps 2003, Ali a 14 ans quand les États-Unis déclarent la guerre pour «libérer» le pays de la dictature de Saddam Hussein. L’opération est hypocritement baptisée Irak Freedom! 

Les bombes pleuvent sur les civils, sur les maisons, dont celle d’Ali. L’...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Mélanie Huchet

Mélanie Huchet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)