Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
 

 

Petite avancée européenne pour les Roms

Parmi les engagements européens : la plus forte minorité européenne, discriminée depuis des lustres, doit mieux bénéficier des fonds communautaires.

Immigration clandestine : l’UE opte pour la répression

Charters européens, accords de réadmission des migrants clandestins vers les pays d’origine ou de transit, renforcement de Frontex, l’agence européenne desurveillance aux frontières : en un an, l’UE a considérablement durci le ton contre l’immigration clandestine.

Traité de Lisbonne : une Europe sociale sur papier

S’il est adopté par toute l’UE, le traité de Lisbonne marquera quelques avancées sociales. Certes, peut-être plus sur le papier que dans le concret.

Le vieillissement des populations immigrées est un défi pour l’Europe

Pratiques nationales ou régionales, pistes de réflexion et échanges d’expériences : le Conseil de l’Europe sortira bientôt un rapport et fera desrecommandations à ses pays membres.

Directive Services, les eurodéputés appuient la position commune des Vingt-cinq

Le débat sur la proposition de directive à propos de la libéralisation des services dans l’Union européenne (UE) – « directive Bolkestein »– touche à sa fin après presque trois ans de discussions acharnées entre partisans du libéralisme et défenseurs des services publics. Une ultime étapea été franchie au Parlement européen, le 23 octobre 2006. La Commission du Marché intérieur et Protection des consommateurs, chargée du dossier sur le fond,se prononçait sur le texte en seconde lecture. Et, sans surprise, les eurodéputés ont rallié la position commune, dégagée au Conseil des ministres del’UE le 29 mai, et entérinée le 24 juillet. Cet accord avait été largement inspiré, à quelques nuances près, par le compromis entre lessocialistes et les conservateurs, ficelé in extremis la veille du vote en première lecture, le 16 février dernier.

La directive « services » s’aligne à peu près sur le vote des eurodéputés

Après maintes péripéties, les États membres de l’Union européenne ont adopté, le 29 mai, à l’unanimité, la directive sur lalibéralisation des services. Seules la Belgique et la Lituanie se sont abstenues.

Europe : une communication pour ancrer les services sociaux dans le marché européen

La Commission européenne a adopté, le 26 avril 2006, une communication sur les services sociaux d’intérêt général (SSIG). Le document, attendu parles eurodéputés socialistes ainsi que par les professionnels du secteur social, cherche à protéger les services sociaux des vagues de libéralisation, et notammentde la directive « Services ». Présentation et premier décodage.

Vote sur la “Directive services” au Parlement européen : à chacun son compromis

Les eurodéputés ont adopté, jeudi 16 février à Strasbourg, un rapport qui doit modifier en profondeur le projet ultra-polémique de directive dite”Bolkestein”. Du nom de l’ex-commissaire au Marché intérieur, elle avait été présentée pour la première fois en janvier 2004. Cette directive vise lalibéralisation des services dans l’Union européenne (UE). Ce vote résulte d’une longue négociation entre quelques délégués du partisocialiste européen (PSE) et du parti populaire européen (PPE, droite). Ce coup de poker droite-gauche mêle à l’extrême libéralisme etpréservation des acquis sociaux1. Reste en suspend une définition plus précise des SIEG, les services d’intérêts économiquesgénéraux. À ce propos, le Crisp vient de sortir un cahier consacré aux Services d’intérêt général (SIG), ces activités de service,marchandes ou non, considérées d’intérêt général par les autorités publiques (des États membres) et soumises pour cette raison à desobligations spécifiques de service public2.

Pour l’Europe sociale, la Présidence autrichienne préconise la « flexicurité »

Après une année 2005 que le chancelier autrichien, Wolfgang Schüssel, a qualifiée de « terrible » pour l’Union, Vienne s’emploiera surtout à doper lacroissance de l’Europe occidentale et à défendre le concept de la « flexicurité ». Depuis le 1er janvier 2006, l’Autriche est à la têtede la présidence de l’Union européenne (UE) pour six mois. À cette occasion, ce pays qui compte environ 8 millions d’habitants a présenté un agendasocial plutôt favorable aux petites et moyennes entreprises (PME) : « Elles sont, s’il en est, les seuls moteurs de création d’emplois en Europe, elles en sont lesgénérateurs », a insisté M. Schüssel dans son discours d’investiture au Parlement européen, le 18 janvier.

La limitation du temps de travail divise toujours les Européens

En plus du débat sur la fameuse directive Services, aujourd’hui examinée au Parlement européen, la présidence autrichienne, à la tête del’Union européenne (UE) depuis le 1er janvier, retrouve l’autre dossier qui divise toutes les capitales : la directive sur le temps de travail, déjàrefoulée en première lecture au Parlement européen. La révision du texte promue par la Commission européenne déclenche en effet les passions entre partisansde la flexibilité du travail et protecteurs des droits et de la santé des travailleurs.

Le modèle social européen est-il à la merci de la politique monétaire de la Banque centrale européenne ?

En invoquant la montée du prix du pétrole et la croissance rapide du crédit, la Banque centrale européenne (BCE) a décidé, jeudi 1erdécembre, après l’avoir annoncé, de relever les taux d’intérêt d’un quart de point. Ceux-ci passent donc de 2 à 2,25 %.

Avec ce geste de lutte contre l’inflation dans la zone euro, la BCE n’a pas tenu compte de l’avis des principaux acteurs européens. Contre cette initiative, les ministresdes Finances de l’Eurogroupe espèrent du moins que la BCE ne s’engagera pas dans un cycle de relève des taux susceptible de bloquer la relance de la croissance et de laconsommation, déjà anémique. Jean-Claude Trichet, président de la BCE, a démenti ce scénario.

L’interview : Anne Van Lancker – “On est en train de réduire la stratégie de Lisbonne à la seule compétitivité. Et pourtant c’est la seulepossibilité pour l’Europe d’avoir sa place dans le monde”

Anne Van Lancker, députée européenne (PSE)1, a rédigé un rapport d’avis sur la directive services, dite « directive Bolkestein »,adopté mi-juillet par une forte majorité de la commission Emploi et Affaires sociales du Parlement européen. Comme Evelyne Gebhardt (PSE), rapporteur de la commissionMarché intérieur, la députée belge rejette le principe du pays d’origine et l’inclusion du droit du travail dans la proposition législative de laCommission européenne. Elle détaille pour Alter les dernières avancées de ce débat, un débat européen mais qui se pose aussi au niveau national.