Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Panpan Culture

Crimes et peines

Retour aux sources avec cet essai de Gwenola Ricordeau, professeure assistante dans le département de Science politique et Justice criminelle de la California State University aux États-Unis, qui évoque trois auteurs ayant marqué le camp de l’abolitionnisme par leurs travaux, à savoir ceux de Nils Christie, Louk Hulsman et Ruth Morris.

The New Insiders | Dave Adler | Photographs of prisoners by prisoners, for prisoners, featuring prisoner created painted photography backdrops. The largest unseen 'art system' subculture in the United States.

Ces écrits ont accompagné les engagements politiques et académiques de Gwenola Ricordeau depuis maintenant une vingtaine d’années, deux décennies que l’auteure de Pour elles toutes. Femmes contre la prison est convaincue de la nécessité d’abolir le système pénal, c’est-à-dire la prison, la police et les tribunaux. 

« Nils Christie, Louk Hulsman et Ruth Morris appartiennent à une génération qui, à partir du milieu des années 1970, en proposant des réponses radicales et alors inédites à ces questions, a contribué à un renouvellement profond des réflexions théoriques sur le système pénal, c’est-à-dire les institutions (forces de police, tribunaux et prisons essentiellement) chargées de sanctionner ce que le droit (pénal) qualifie d’‘infraction’ (contraventions, délits et crimes) », explique Gwenola Ricordeau dans sa présentation.

Comme elle le reconnaît, ces auteurs montrent bien que la cible de l’abolitionnisme est le système pénal, et non pas la seule prison, et ce, d’autant plus que les textes réunis dans ce livre envisagent concrètement des solutions pour éviter d’y recourir et des manières de résoudre les « situations-problèmes », pour reprendre une expression utilisée par Louk Hulsman plutôt que celle de « crimes ».

Plus qu’un prêt-à-penser 

« Plutôt que de proposer un prêt-à-penser, ces écrits suggèrent d’interroger ce qui reste encore largement considéré comme des évidences, notamment l’idée que le système pénal ait un réel effet sur la criminalité, ajoute Gwenola Ricordeau. Pris ensemble, ces trois auteurs ont contribué à remettre en cause la manière dont le crime est pensé en tant que catégorie pénale. Cela s’est notamment traduit, dans l’abolitionnisme, par une attention croissante portée aux ‘préjudices’, aux ‘torts’ ou encore aux ‘situations-problèmes’, plutôt qu’aux seuls actes qualifiés de ‘crimes’ par le système pénal. »

Si ces textes sont des classiques du genre, les publications en français sur l’abolitionnisme pénal restent pourtant rares, malgré l’intérêt que suscitent les approches critiques de la prison et du système pénal. Mais elle le souligne aussi, la lecture de ces trois textes amène naturellement à s’interroger sur le bilan politique de la première vague de l’abolitionnisme pénal, « d’autant que ses aspirations se sont heurtées au durcissement des politiques pénales et au formidable développement, partout dans le monde, de l’‘industrie de la punition’, pour reprendre l’expression de Nils Christie », relève Gwenola Ricordeau. 

Quant à l’abolitionnisme en lui-même, on a assisté à un renouvellement des pensées abolitionnistes au cours des dernières décennies, en s’appuyant essentiellement sur trois champs de réflexion comme le capitalisme, la race ou le genre et la sexualité, permettant d’ouvrir de nombreuses voies à une remise en cause fondamentale du système pénal. Aujourd’hui, c’est sur de nouveaux fronts que se développent, selon Gwenola Ricordeau, les réflexions abolitionnistes, par exemple celui de l’environnement. « Ainsi, des questions comme les conséquences écologiques de l’existence des prisons ou le ‘greenwashing’ auquel procède le système carcéral (la mise en place de potagers, etc.) sont de plus en plus discutées au sein des luttes abolitionnistes. » Tandis que, par ailleurs, dans le même champ, note l’auteure dans un entretien accordé à notre revue, « il est préoccupant de voir un essor des approches pénales des questions environnementales, avec la criminalisation de certains comportements ou les appels (en Belgique ou en France) à la création d’un crime d’‘écocide’ ».

Gwenola Ricordeau, Crimes et Peines. Penser l’abolitionnisme pénal avec Nils Christie, Louk Hulsman et Ruth Morris, Caen, Grevis, coll. « Enquêtes politiques », 2021, 200 pages.

En savoir plus

Lire notre entretien « Comment un système qui repose sur la punition pourrait-il pacifier les relations sociales ? » avec Gwenola Ricordeau au sujet de son dernier ouvrage sur www.alterechos.be

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)