Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Maitre Corbeau

Snelrecht, par temps de Covid

Que ce soit en raison des dispositions réglementaires liées à la crise sanitaire ou à la situation économique et sociale de certains, provoquée par le Covid, celui-ci s’invite dans les prétoires et amène les magistrats à examiner de nouvelles dispositions et à prendre en compte des éléments qui viendront sans doute modaliser leurs jugements au gré des circonstances. 

Ce vendredi-là, quand on débarque dans la salle d’audience des comparutions immédiates, celles où les prévenus sont appelés à se présenter entre dix jours et deux mois après la commission des infractions qui leur sont reprochées, le juge Luc Hennart, entouré de caméras qui boivent ses paroles pour l’émission «Face au juge» diffusée sur RTL-TVi, énonce les décisions qu’il a prises à la suite d’audiences antérieures. 
Pas de violation des règles de rassemblement
Avant de prononcer son premier jugement, il rappelle rapidement les faits: les deux prévenus se trouvent sur la place Princesse Elizabeth, à Schaerbeek, lorsque deux patrouilleurs traversent la place en trombe afin d’essayer d’intercepter une tierce personne manifestement en fuite. Les deux jeunes gens qui stationnaient sur la place et conversaient sortent leurs téléphones et commencent à filmer la scène, manifestement amusés de la situation. Les policiers bredouilles et peut-être un peu agacés leur demandent ce qu’ils font là et, après un contrôle d’identité qui se passe mal, les interpellent pour violation des règles de rassemblement et de distanciation sociale (lire aussi l'édito «Interdiction de cracher»), rébellion et résistance avec violences et menaces. Le juge Hennart indique que l’un des prévenus est diplômé en électronique depuis deux mois, l’autre aide dans une asbl pour seniors: on se demande bien ce que cel...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Nathalie Cobbaut

Nathalie Cobbaut

Rédactrice en chef Échos du crédit et de l'endettement

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)