Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Jeunesse

Service citoyen : une confusion des genres

Ni volontariat ni insertion socioprofessionnelle, le service citoyen cherche toujours sa place juridique et institutionnelle.

© Plateforme pour le service citoyen

Ni volontariat ni insertion socioprofessionnelle, le service citoyen cherche toujours sa place juridique et institutionnelle.

Pour les jeunes de 18 à 25 ans qui se lancent pendant six mois dans l’aventure du «service citoyen» (un programme qui leur permet de s’engager dans des projets utiles à la société tout en bénéficiant de formations), il s’agit souvent d’un parcours du combattant, notamment par rapport aux obligations en matière de recherche d’emploi. En absence de statut, le jeune en service citoyen est considéré comme un demandeur d’emploi. Pourtant, difficile de concilier l’un et l’autre, en s’engageant, d’une part, dans un service à la collectivité et, de l’autre, en cherchant du travail et en justifiant ses recherches d’emploi, avec à la clé des tracasseries administratives.

«La question du statut est fondamentale, estime François Ronveaux, directeur de la Plateforme pour le service citoyen. Le jour où le service citoyen obtiendra un statut fondu dans un texte de loi qui identifiera les différents paramètres de reconnaissance de ce service au niveau national, ces problèmes ne se poseront plus.»

Dans un avenir proche, le système devrait être reconnu, étant donné que tous les partis se montrent favorables, hormis la N-VA, farouchement hostile au service citoyen qu’elle considère comme du temps perdu alors que des emplois sont en pénurie.

Pour l’instant, le s...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Ni volontariat ni insertion socioprofessionnelle, le service citoyen cherche toujours sa place juridique et institutionnelle.

Pour les jeunes de 18 à 25 ans qui se lancent pendant six mois dans l’aventure du «service citoyen» (un programme qui leur permet de s’engager dans des projets utiles à la société tout en bénéficiant de formations), il s’agit souvent d’un parcours du combattant, notamment par rapport aux obligations en matière de recherche d’emploi. En absence de statut, le jeune en service citoyen est considéré comme un demandeur d’emploi. Pourtant, difficile de concilier l’un et l’autre, en s’engageant, d’une part, dans un service à la collectivité et, de l’autre, en cherchant du travail et en justifiant ses recherches d’emploi, avec à la clé des tracasseries administratives.

«La question du statut est fondamentale, estime François Ronveaux, directeur de la Plateforme pour le service citoyen. Le jour où le service citoyen obtiendra un statut fondu dans un texte de loi qui identifiera les différents paramètres de reconnaissance de ce service au niveau national, ces problèmes ne se poseront plus.»

Dans un avenir proche, le système devrait être reconnu, étant donné que tous les partis se montrent favorables, hormis la N-VA, farouchement hostile au service citoyen qu’elle considère comme du temps perdu alors que des emplois sont en pénurie.

Pour l’instant, le s...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)