Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Addictions

Drogues en prison : un suivi inégal

L’accompagnement et l’orientation des détenus toxicomanes ne sont pas similaires d’une prison à l’autre. Pendant quelques années, le SPF Justice a tenté d’assurer plus de cohérence, avant d’arrêter le financement des projets en 2016, et de renforcer, au final, la désorganisation.

La prison de Saint-Gilles participe au projet pilote améliorant la prise en charge médicale et psychologique des prisonniers présentant des problèmes liés aux drogues. Photo : CC_Ritchie Argue

L’accompagnement et l’orientation des détenus toxicomanes ne sont pas similaires d’une prison à l’autre. Pendant quelques années, le SPF Justice a tenté d’assurer plus de cohérence, avant d’arrêter le financement des projets en 2016, et de renforcer, au final, la désorganisation. 

Il n’existe actuellement pas d’offre cohérente ni de qualité identique des prestations d’aide aux usagers incarcérés dans les prisons belges. Pourtant, environ deux tiers des détenus indiquent avoir consommé des substances illégales. Parmi ceux-ci, un tiers disent avoir consommé un produit illégal en détention. Face à ce phénomène, des points centraux de contact, d’orientation et d’accompagnement (PCOA) pour les usagers de drogues ont été en mis en place dès 2011 en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles. Ces points de contact sont nés du constat que les détenus éprouvent des difficultés, au moment de leur libération, à se mettre en lien avec les prestations d’aide pour usagers de drogues. Malgré une évaluation scientifique positive, le SPF Justice a mis un terme au financement de ces projets l’an dernier. Conséquence: la fin d’un soutien spécifique et spécialisé aux usagers de drogues au sein de la plupart des prisons belges, et ce, malgré le développement de diverses initiatives.
Malgré une évaluation scientifique positive, le SPF Justice a mis un terme au financement des projets PCOA l’an dernier....

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

L’accompagnement et l’orientation des détenus toxicomanes ne sont pas similaires d’une prison à l’autre. Pendant quelques années, le SPF Justice a tenté d’assurer plus de cohérence, avant d’arrêter le financement des projets en 2016, et de renforcer, au final, la désorganisation. 

Il n’existe actuellement pas d’offre cohérente ni de qualité identique des prestations d’aide aux usagers incarcérés dans les prisons belges. Pourtant, environ deux tiers des détenus indiquent avoir consommé des substances illégales. Parmi ceux-ci, un tiers disent avoir consommé un produit illégal en détention. Face à ce phénomène, des points centraux de contact, d’orientation et d’accompagnement (PCOA) pour les usagers de drogues ont été en mis en place dès 2011 en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles. Ces points de contact sont nés du constat que les détenus éprouvent des difficultés, au moment de leur libération, à se mettre en lien avec les prestations d’aide pour usagers de drogues. Malgré une évaluation scientifique positive, le SPF Justice a mis un terme au financement de ces projets l’an dernier. Conséquence: la fin d’un soutien spécifique et spécialisé aux usagers de drogues au sein de la plupart des prisons belges, et ce, malgré le développement de diverses initiatives.
Malgré une évaluation scientifique positive, le SPF Justice a mis un terme au financement des projets PCOA l’an dernier....

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)