Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

(Sur)endettement

Crédits : des assurances vraiment indispensables ?

Lorsqu’un particulier emprunte, que ce soit en crédit hypothécaire ou en crédit à la consommation, l’organisme financier qui lui accorde le prêt cherche bien souvent à y adjoindre une ou plusieurs assurances afin de couvrir certains risques. Une précaution qui rassure tout le monde, mais qui assure aussi des gains supplémentaires à ceux engrangés par les prêteurs pour les taux d’intérêt et qui ne sont pas toujours obtenus grâce à des pratiques très clean.

Lorsqu’un particulier emprunte, que ce soit en crédit hypothécaire ou en crédit à la consommation, l’organisme financier qui lui accorde le prêt cherche bien souvent à y adjoindre une ou plusieurs assurances afin de couvrir certains risques. Une précaution qui rassure tout le monde, mais qui assure aussi des gains supplémentaires à ceux engrangés par les prêteurs pour les taux d’intérêt et qui ne sont pas toujours obtenus grâce à des pratiques très clean.

Le cas de figure est connu et assez sain, dans le cas d’un investissement aussi important que l’achat d’une maison: lorsque vous souscrivez un prêt hypothécaire, dans la très grande majorité des cas, l’organisme bancaire vous oblige à lui fournir des garanties. L’hypothèque en est une de taille, mais, qu’à cela ne tienne, il en demandera d’autres, par exemple une caution personnelle ou une cession de rémunération. De surcroît, le prêteur vous «invitera» à souscrire une assurance habitation qui couvre notamment les risques d’incendie ou de destruction du bâtiment. Histoire de vous protéger et par là même se prémunir des risques de voir le bâtiment partir en fumée, alors que le prêt n’a pas encore été remboursé. Autre exigence: le fait de souscrire une assurance solde restant dû qui couvre le risque de décès des emprunteurs. Cette assurance remboursera tout ou partie du prêt en cas de décès, selon la couverture choisie. Elle ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Lorsqu’un particulier emprunte, que ce soit en crédit hypothécaire ou en crédit à la consommation, l’organisme financier qui lui accorde le prêt cherche bien souvent à y adjoindre une ou plusieurs assurances afin de couvrir certains risques. Une précaution qui rassure tout le monde, mais qui assure aussi des gains supplémentaires à ceux engrangés par les prêteurs pour les taux d’intérêt et qui ne sont pas toujours obtenus grâce à des pratiques très clean.

Le cas de figure est connu et assez sain, dans le cas d’un investissement aussi important que l’achat d’une maison: lorsque vous souscrivez un prêt hypothécaire, dans la très grande majorité des cas, l’organisme bancaire vous oblige à lui fournir des garanties. L’hypothèque en est une de taille, mais, qu’à cela ne tienne, il en demandera d’autres, par exemple une caution personnelle ou une cession de rémunération. De surcroît, le prêteur vous «invitera» à souscrire une assurance habitation qui couvre notamment les risques d’incendie ou de destruction du bâtiment. Histoire de vous protéger et par là même se prémunir des risques de voir le bâtiment partir en fumée, alors que le prêt n’a pas encore été remboursé. Autre exigence: le fait de souscrire une assurance solde restant dû qui couvre le risque de décès des emprunteurs. Cette assurance remboursera tout ou partie du prêt en cas de décès, selon la couverture choisie. Elle ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Nathalie Cobbaut

Nathalie Cobbaut

Rédactrice en chef Échos du crédit et de l'endettement

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)