Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Emploi/formation

Un nouveau statut pour les travailleurs ?

Le cabinet de Kris Peeters planche sur la création d’un statut de «travailleur autonome». But de l’opération: couvrir notamment les travailleurs actifs dans le cadre de l’économie collaborative.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Le cabinet de Kris Peeters planche sur la création d’un statut de «travailleur autonome». But de l’opération: couvrir notamment les travailleurs actifs dans le cadre de l’économie collaborative.

Après le troisième sexe, se dirige-t-on vers le troisième statut? Le cabinet de Kris Peeters (CD&V), ministre fédéral de l’Emploi, planche en tout cas sur la création d’un statut intermédiaire pour les travailleurs, situé entre le salarié et l’indépendant. Le moment est propice: le surgissement de l’économie collaborative a favorisé l’émergence de travailleurs «nouveaux», actifs pour des plateformes comme Uber, ou la défunte Take eat easy. Si les fonctions que ces travailleurs remplissent ne sont pas récentes – livreur, taximan, cela existe depuis longtemps –, leur mode de rétribution et le lien qu’ils entretiennent avec leur «employeur» est nouveau. Payés à la mission, ces travailleurs ne sont pas considérés comme des employés par les plateformes qui leur fournissent du travail. L’argumentaire est simple: les plateformes se voient comme des intermédiaires. Et envisagent les prestataires de services comme de joyeux auto-entrepreneurs. Dans ce contexte, pas de cotisation sociale à payer pour les plateformes. Et pas de droits sociaux pour les travailleurs s’ils ne sont pas capables de prendre le statut d’indépendant.
Payés à la mission, ces travailleurs ne sont pas considérés comm...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Le cabinet de Kris Peeters planche sur la création d’un statut de «travailleur autonome». But de l’opération: couvrir notamment les travailleurs actifs dans le cadre de l’économie collaborative.

Après le troisième sexe, se dirige-t-on vers le troisième statut? Le cabinet de Kris Peeters (CD&V), ministre fédéral de l’Emploi, planche en tout cas sur la création d’un statut intermédiaire pour les travailleurs, situé entre le salarié et l’indépendant. Le moment est propice: le surgissement de l’économie collaborative a favorisé l’émergence de travailleurs «nouveaux», actifs pour des plateformes comme Uber, ou la défunte Take eat easy. Si les fonctions que ces travailleurs remplissent ne sont pas récentes – livreur, taximan, cela existe depuis longtemps –, leur mode de rétribution et le lien qu’ils entretiennent avec leur «employeur» est nouveau. Payés à la mission, ces travailleurs ne sont pas considérés comme des employés par les plateformes qui leur fournissent du travail. L’argumentaire est simple: les plateformes se voient comme des intermédiaires. Et envisagent les prestataires de services comme de joyeux auto-entrepreneurs. Dans ce contexte, pas de cotisation sociale à payer pour les plateformes. Et pas de droits sociaux pour les travailleurs s’ils ne sont pas capables de prendre le statut d’indépendant.
Payés à la mission, ces travailleurs ne sont pas considérés comm...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)