Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Sommet de printemps : agenda chargé

Le Conseil européen de printemps qui s’est tenu à Bruxelles les 20 et 21 mars 2003 était consacré à la situation économique, sociale etenvironnementale de l’Union, soit les trois piliers de la stratégie de Lisbonne. Ce sommet avait été précédé par un appel de la Plate-forme sociale desONG en faveur d’une véritable intégration des objectifs sociaux dans les politiques économiques dans la mesure où la balance penche nettement en faveur de cesderniers. D’après la Plate-forme sociale, les politiques sociales sont plus que jamais subordonnées aux politiques économiques et budgétaires ou à lacroissance. Le réseau EAPN abondait dans le même sens : « Les défis sociaux ne sont pas pris en compte dans l’évaluation de l’efficacité et del’impact des politiques économiques. Les sections relatives à la cohésion sociale et au développement durable sont très faibles et manquentd’engagements fermes. »

28-07-2005 Alter Échos n° 139

Le Conseil européen de printemps qui s’est tenu à Bruxelles les 20 et 21 mars 2003 était consacré à la situation économique, sociale etenvironnementale de l’Union, soit les trois piliers de la stratégie de Lisbonne. Ce sommet avait été précédé par un appel de la Plate-forme sociale desONG en faveur d’une véritable intégration des objectifs sociaux dans les politiques économiques dans la mesure où la balance penche nettement en faveur de cesderniers. D’après la Plate-forme sociale, les politiques sociales sont plus que jamais subordonnées aux politiques économiques et budgétaires ou à lacroissance. Le réseau EAPN abondait dans le même sens : « Les défis sociaux ne sont pas pris en compte dans l’évaluation de l’efficacité et del’impact des politiques économiques. Les sections relatives à la cohésion sociale et au développement durable sont très faibles et manquentd’engagements fermes. »

Accélération des réformes

Le Conseil a convenu d’accélérer les réformes pour faire aboutir en temps utile et de manière efficace, l’objectif stratégique de mise en place del’économie la plus compétitive et la plus dynamique du monde. Dans ce cadre, un certain nombre de priorités ont été définies :

> augmenter le nombre d’emplois et la cohésion sociale,

> donner la priorité à l’innovation et à l’esprit d’entreprise,

> connecter l’Europe et renforcer le marché intérieur,

> protéger l’environnement dans l’intérêt de la croissance et de l’emploi.

Pour concrétiser ces priorités, le Conseil a notamment invité la Commission à créer une task-force européenne sur l’emploi qui seraprésidée par Wim Kok (ancien Premier ministre néerlandais), afin de recenser les réformes concrètes susceptibles d’avoir l’impact le plus direct et leplus immédiat possible sur la mise en œuvre, par les États membres, de la stratégie révisée pour l’emploi. Cette task-force devra compter en ses rangsun nombre limité d’experts hautement qualifiés susceptibles de refléter les points de vue de tous les partenaires sociaux.

Des réformes restent en suspens dans des secteurs clés comme les chemins de fer, les marchés de l’énergie, le ciel unique européen, les marchésfinanciers, la société de l’information, le travail intérimaire, les règles en matière de sécurité sociale dans un contexte transfrontalier, lataxation de l’énergie ou encore la responsabilité pour les dommages causés à l’environnement et le changement climatique. Un agenda chargé etpolitiquement tendu que le Conseil espère mener à bon port d’ici au prochain sommet de printemps en 2004. Mais comme on peut le constater, les questions économiquesviennent largement en tête des préoccupations des gouvernements européens.

Une approche nouvelle en matière d’immigration

Sur le chapitre de l’immigration, la Commission devrait par ailleurs présenter prochainement une communication sur l’interaction entre l’immigration,l’intégration sociale des migrants en situation régulière dans les sociétés de l’UE et l’emploi. Pour le Conseil, une approche nouvelle estnécessaire en ce qui concerne l’immigration compte tenu des déficits de qualifications et des changements et des prévisions démographiques dans l’UE. Cettequestion sera abordée lors du Conseil européen de Thessalonique en juin 2003. Reste à voir si les gouvernements vont s’attaquer à ce dossier épineuxd’une manière qui respecte la nature multiculturelle de la société européenne comme le demandent les ONG du secteur social.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)