Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Emploi/formation

Rapport annuel 2013

Cohésion sociale, Roms de Serbie, participation citoyenne, promotion de la santé dans le milieu carcéral, deuxième clap pour Bruxitizen… L’Agence Alter présente le bilan 2013 de ses activités. Une année vécue sous le signe de l’audace. Et du renouveau.

15-07-2014

La sortie d’un rapport annuel est toujours un événement. Plus encore à une époque où la presse essuie des années de vaches maigres à répétition. Celui de l’Agence Alter dresse, sur plus de 30 pages, les temps forts d’une année 2013 vécue sous le signe de l’audace, du renouveau, et d’un assainissement financier.

Vous y découvrirez les projets mis en place, la philosophie de l’Agence Alter, nos engagements, notre démarche, et toutes les informations pour mieux connaitre l’équipe de l’Agence Alter et sa mission au quotidien.

 Alter Échos : un traitement plus transversal

Au cours de l’année 2013, de nouveaux sujets, plus transversaux, ont été explorés par la rédaction d’Alter Échos. L’objectif : intéresser le lecteur à d’autres thématiques que celles propres à son secteur. Et ce, autour d’un grand dossier thématique par numéro, accompagné d’autres formats dynamiques comme les interviews croisées, les cartes blanches, qui côtoient désormais les analyses, reportages sur des projets de terrain et telex. À titre d’exemple : le numéro 373 d’Alter Échos, sorti en décembre 2013, s’est intéressé de près à l’expulsion de l’église du Gesù. Avec un retour à froid, via la rubrique « Approfondir », sur cette actualité qui a fait les choux gras de la presse généraliste. « L’indépendance est toujours de mise car nous ne portons pas le message d’un lobby, d’un parti, d’un groupe ou d’une fédération, insiste Aude Garelly, directrice de l’Agence Alter. Nous laissons le lecteur libre de se forger une opinion. »

 Labiso est rebaptisé « Focales »

Si les Échos du Crédit et de l’Endettement restent la revue des travailleurs actifs dans la médiation de dettes, l’année 2013 a aussi amorcé la mue de Labiso, rebaptisé Focales. « Contrairement au traitement d’Alter Échos, Focales met en avant un journalisme narratif, explique Aude Garelly. Il permet de comprendre un enjeu social plus global à partir d’une plongée dans un projet, d’une innovation. De la réalité du terrain ».

 Un « laboratoire social »

En complément de ses activités de journalisme, l’Agence mène depuis 2000 des actions d’études et de conseils, à travers sa branche AlteR&I. Conférences, animations de débats publics, accompagnement de projets de soutien à l’innovation sociale… Les champs d’intervention restent nombreux. « Au-delà, nous souhaitons fédérer une vraie communauté et dépasser le cadre du média, en continuant d’organiser des évènements », explique la Directrice. Comme BruXitizen, organisé pour la deuxième fois en 2013. Destiné aux jeunes, ce forum participatif a permis de faire émerger des questions qui préoccupent une partie des 18-35 ans. Et de trouver des solutions créatives, qui donnent envie de s’engager.

Le rapport est disponible en téléchargement.

Rafal Naczyk

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)