Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Ce 10 novembre, Eric Tomas1, Secrétaire d’Etat bruxellois au Logement, par ailleurs chargé de la formation professionnelle pour la Cocof, a officiellement lancé unprojet-pilote : la mise à l’emploi sous contrat PTP (programme de transition professionnelle) dans le secteur du logement social.
Les différents partenaires impliqués dans le projet sont : la Société du logement de la Région bruxelloise (SLRB), l’asbl Habitat et rénovation, la Missionlocale d’Ixelles, la Fédération bruxelloise des unions de locataires (FEBUL), l’ORBEm, Bruxelles-Formation et le Centre bruxellois d’action interculturelle (CBAI).
Concrètement, cette mise à l’emploi concerne «l’entretien du petit patrimoine des SISP» (Sociétés immobilières de service public), soit les«petits travaux d’entretien». 18 contrats PTP ont été signés ce 30 octobre – 18 SISP s’étant montrées intéressées par le projet. Il s’agitde contrats à durée déterminée de six mois, renouvelables une fois. Pour 1999, une vingtaine de candidats sont prévus. Leur formation est assurée parBruxelles-Formation. Ils seront encadrés par un tuteur, «souvent le responsable du service technique de la SISP concernée» qui doit suivre une formation adéquate pourcette mission. En 1999, six accompagnateurs sociaux (PTP) seront en plus détachés dans les SISP, après avoir suivi une formation au CBAI. Leur contrat sera d’une duréedéterminée d’un an. Eric Tomas regrette néanmoins que le statut PTP ne puisse encore être étendu aux minimexés et assimilés2.
A cette occasion, J. De Witte, directeur général faisant fonction de la SLRB3, observait : «Nous avons réussi à donner une vraie chance à des personnesexclues depuis longtemps du marché du travail, reste à assurer leur intégration et leur stabilité». Le discours du président de la SCLAB, M. Naples, aété dans le même sens : «Nous sommes convaincus que ce type d’action intégrée, menée grâce aux pouvoirs publics, a sa place et sa pertinence dansla résorption du chômage, même si nous pouvons regretter la précarité du statut proposé».
1 Nouvelle adresse : av. Louise 65/9 à 1050 Bruxelles, tél. : 02/533 71 11, fax : 02/533 71 98.
2 En fait, le Conseil d’Etat a émis un avis négatif quant à la version actuelle du projet d’arrêté qui met en œuvre cette proposition.
3 Rue Jourdan 45-55 à 1060 Bruxelles, tél. : 02/533 19 11, fax : 02/533 19 00.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)