Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

#Covid-19. CARTE BLANCHE

Pour une politique de dépistage actif des personnes sans-abri au Covid-19

Alter Échos 20-03-2020
Flickr cc, Jeff Eaton

« Tester les personnes sans-abri au Covid-19 au plus vite », c’est l’appel lancé aujourd’hui par Infirmiers de rue ASBL. En effet, les personnes sans-abri sont aujourd’hui pratiquement les seules à rester dans les rues de nos villes. 

Que faire de la population des personnes sans-abri en ces temps de confinement ? L’une des solutions proposées par certaines autorités est de rassembler ces personnes dans l’une ou l’autre structure où des consignes de prévention raisonnables seraient appliquées.

Nous savons par expérience que de grands groupes de personnes vivant dans la précarité, lorsqu’ils sont abrités dans des structures, sont difficiles à prémunir contre les épidémies de toute sorte (gale, tuberculose). Et nous savons aussi que, en ce qui concerne le coronavirus, dans 50 % des cas, les personnes infectées ne présentent pas de symptômes mais sont néanmmoins contagieuses.

C’est pourquoi la détection et le confinement basés uniquement sur des symptômes spécifiques, ce qui est prévu dans ce cas-ci, sont une solution, non seulement insuffisante, mais même dangereuse, s’agissant d’une population fragile, à haut risque de développer des complications.

« Une séparation basée sur un dépistage, beaucoup plus sensible, est à même de confiner efficacement ceux qui doivent l’étre, et de permettre un accueil sécurisé pour les autres », affirme le Dr Pierre Ryckmans, coordinateur médical d’Infirmiers de rue.

Un non-sens du point de vue de la santé publique

Actuellement, la politique de rassembler ces personnes dans des lieux uniques est contraire à l’esprit des directives gouvernementales récentes, elle est aussi un non-sens du point de vue de la santé publique. Car en mélangeant ainsi des personnes qui pour le moment vivent en petits groupes ou seules en rue, on leur fait courir en fait un risque infectieux beaucoup plus élevé.

Et comme il s’agit d’une population plus fragile, qui souvent cumule déjà différents problèmes de santé, on risque aussi d’entraîner un plus grand nombre d’hospitalisations, voire de décès.

En dépistant cette population avant de la regrouper, il serait possible d’accueillir tout le monde de manière plus sûre. Les cas positifs pourraient alors être confinés dans un endroit spécifique, les cas non infectés auraient accès à un hébergement collectif classique.
Les personnes sans-abri se verraient offrir un parcours spécifique qui tiendrait enfin compte de leur profil à risque, au vu de leur santé et leurs conditions de vie.

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)