Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Environnement/territoire

Plan de relance : la ruralité craint d’être oubliée

Le 21 mai dernier, le gouvernement wallon a présenté sa feuille de route pour soutenir et relancer la Région. Si le politique semble avoir pris en considération les inquiétudes d’une ruralité souvent laissée de côté, les modalités de distribution continuent d’inquiéter bourgmestre et experts.

© Kathleen de Meeûs

C’était le 26 février. Dans un article du Soir, le journaliste Eric Deffet s’intéressait à une inquiétude de la ruralité wallonne: et si la Région oubliait, dans son plan de relance, qu’elle est aussi un territoire rural? En cause, la faible présence des enjeux ruraux dans les 20 grands axes présentés par le gouvernement en vue de répartir les 1,4 milliard d’euros que la Région wallonne touchera du plan de relance européen. Au total, seuls deux d’entre eux font directement référence à la ruralité: «biodiversité et adaptation aux changements climatiques» pour 105 millions et «relocalisation de l’alimentation et développement de plateformes logistiques» pour 85 millions. Soit 10% du total à peine.

De quoi alarmer de nombreux élus locaux et députés. «Cela fait trop longtemps qu’on néglige nos communes sur le plan financier, se désole Pierre Dury, échevin des finances de la commune de Beauraing. Du coup, des gares ferment, nous avons de moins en moins de services de proximité et on perd en attractivité. Si on se rend compte que les plans de relance mettent nos petites communes au second plan par rapport aux grandes villes, ça ne va pas le faire.» Même inquiétude chez François Bellot, député MR au parlement wallon: «J’ai décidé d’interpeller le gouvernement sur ce point. Il ne faut surtout pas qu’il y existe de déséquilibre dans les fonds alloués entre milieux urbains et ruraux.»...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

C’était le 26 février. Dans un article du Soir, le journaliste Eric Deffet s’intéressait à une inquiétude de la ruralité wallonne: et si la Région oubliait, dans son plan de relance, qu’elle est aussi un territoire rural? En cause, la faible présence des enjeux ruraux dans les 20 grands axes présentés par le gouvernement en vue de répartir les 1,4 milliard d’euros que la Région wallonne touchera du plan de relance européen. Au total, seuls deux d’entre eux font directement référence à la ruralité: «biodiversité et adaptation aux changements climatiques» pour 105 millions et «relocalisation de l’alimentation et développement de plateformes logistiques» pour 85 millions. Soit 10% du total à peine.

De quoi alarmer de nombreux élus locaux et députés. «Cela fait trop longtemps qu’on néglige nos communes sur le plan financier, se désole Pierre Dury, échevin des finances de la commune de Beauraing. Du coup, des gares ferment, nous avons de moins en moins de services de proximité et on perd en attractivité. Si on se rend compte que les plans de relance mettent nos petites communes au second plan par rapport aux grandes villes, ça ne va pas le faire.» Même inquiétude chez François Bellot, député MR au parlement wallon: «J’ai décidé d’interpeller le gouvernement sur ce point. Il ne faut surtout pas qu’il y existe de déséquilibre dans les fonds alloués entre milieux urbains et ruraux.»...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Robin Lemoine

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)