Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Rond-point Schuman

« Next Generation EU », un plan de relance sans grande ambition sociale

Son nom est énigmatique, mais sa portée potentiellement immense: le plan de relance européen «Next Generation EU» – ou «Next Gen EU», comme beaucoup le surnomment déjà – pourrait changer la donne dans le domaine environnemental et numérique. En revanche, l’Europe n’a pas spécialement misé sur la dimension sociale de la relance.

En passant par le rond-point Schuman, cœur névralgique du quartier européen à Bruxelles, on ne peut pas la manquer. Elle occupe, fière, même un brin pompeuse, tout un pan du colossal Berlaymont, le siège de la Commission. Elle est si grande qu’elle fait tourner les têtes, elle est si mystérieuse que, forcément, elle questionne passants, cyclistes comme automobilistes. Mais que diable se disent-ils donc, en se retrouvant nez à nez avec la nouvelle bannière, immense, qui habille le QG de l’exécutif européen? Mystère, car en étant simplement estampillée «Next Gen EU», cette parure ne brille franchement pas par sa clarté. L’étendard précédent, accroché jusqu’au mois de mai, était un tantinet plus parlant: «Next Generation EU», y lisait-on. Il faut maintenant se contenter d’un «Next Gen EU» – et bien malin est celui qui sait parfaitement de quoi il en retourne…

Le chantier «Next Generation EU» s’est pourtant imposé (un peu malgré lui…) comme le projet phare de la Commission européenne, présidée, depuis décembre 2019, par l’Allemande Ursula von der Leyen. En fait, «Next Generation EU» n’est autre que le nom qui a été choisi pour le pharaonique plan de relance européen post-pandémie de Covid-19, d’un montant astronomique de quelque 750 milliards d’euros. Et si les superlatifs ne manquent pas, c’est parce qu’en effet, le plan est particulièrement ambitieux: pour la première fois, le...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

En passant par le rond-point Schuman, cœur névralgique du quartier européen à Bruxelles, on ne peut pas la manquer. Elle occupe, fière, même un brin pompeuse, tout un pan du colossal Berlaymont, le siège de la Commission. Elle est si grande qu’elle fait tourner les têtes, elle est si mystérieuse que, forcément, elle questionne passants, cyclistes comme automobilistes. Mais que diable se disent-ils donc, en se retrouvant nez à nez avec la nouvelle bannière, immense, qui habille le QG de l’exécutif européen? Mystère, car en étant simplement estampillée «Next Gen EU», cette parure ne brille franchement pas par sa clarté. L’étendard précédent, accroché jusqu’au mois de mai, était un tantinet plus parlant: «Next Generation EU», y lisait-on. Il faut maintenant se contenter d’un «Next Gen EU» – et bien malin est celui qui sait parfaitement de quoi il en retourne…

Le chantier «Next Generation EU» s’est pourtant imposé (un peu malgré lui…) comme le projet phare de la Commission européenne, présidée, depuis décembre 2019, par l’Allemande Ursula von der Leyen. En fait, «Next Generation EU» n’est autre que le nom qui a été choisi pour le pharaonique plan de relance européen post-pandémie de Covid-19, d’un montant astronomique de quelque 750 milliards d’euros. Et si les superlatifs ne manquent pas, c’est parce qu’en effet, le plan est particulièrement ambitieux: pour la première fois, le...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Céline Schoen

Céline Schoen

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)