Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Pauvreté en ruralité : une partie de cache-cache

De la même façon que pour la ruralité, définir la pauvreté en milieu rural relève de la gageure. À tel point que, depuis des années, on lui accole systématiquement l’adjectif «caché» comme pour la justifier.

© Kathleen de Meeûs

S’il y a une différence notable entre le contexte urbain et rural, c’est que, dans le dernier cas, l’exclusion sociale est en effet plus dispersée, et donc plus difficile à mesurer. Quelques études existent, mais commencent désormais à dater d’une dizaine d’années comme celle menée par l’ULiège en 2011 et la chercheuse Stéphanie Linchet, qui s’est replongée dans le sujet pour Alter Échos1. «La pauvreté se décline de la même manière partout, entendue comme un réseau d’exclusions sociales qui s’étend sur plusieurs domaines de l’existence, individuels ou collectifs. Ce n’est donc pas qu’une question de moyens financiers. Et, en milieu rural, cette exclusion est accentuée par la question de l’accès aux biens et aux services, étant donné la grande dispersion géographique des infrastructures et des distances à parcourir.»

Aussi, plus on aura tendance à s’enfoncer dans la campagne, plus on retrouvera des groupes vulnérables, à commencer par les retraités, les personnes isolées ou les ménages précaires, souvent des familles monoparentales. Concernant la répartition de la pauvreté, les communes avec une population plus pauvre se situent dans les communes rurales du sud des provinces de Hainaut et de Namur ainsi que du nord et du sud-ouest de la province de Luxembourg. Quand on analyse les chiffres du revenu d’intégration sociale et de la Garantie de revenus aux personnes âgées, on co...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

S’il y a une différence notable entre le contexte urbain et rural, c’est que, dans le dernier cas, l’exclusion sociale est en effet plus dispersée, et donc plus difficile à mesurer. Quelques études existent, mais commencent désormais à dater d’une dizaine d’années comme celle menée par l’ULiège en 2011 et la chercheuse Stéphanie Linchet, qui s’est replongée dans le sujet pour Alter Échos1. «La pauvreté se décline de la même manière partout, entendue comme un réseau d’exclusions sociales qui s’étend sur plusieurs domaines de l’existence, individuels ou collectifs. Ce n’est donc pas qu’une question de moyens financiers. Et, en milieu rural, cette exclusion est accentuée par la question de l’accès aux biens et aux services, étant donné la grande dispersion géographique des infrastructures et des distances à parcourir.»

Aussi, plus on aura tendance à s’enfoncer dans la campagne, plus on retrouvera des groupes vulnérables, à commencer par les retraités, les personnes isolées ou les ménages précaires, souvent des familles monoparentales. Concernant la répartition de la pauvreté, les communes avec une population plus pauvre se situent dans les communes rurales du sud des provinces de Hainaut et de Namur ainsi que du nord et du sud-ouest de la province de Luxembourg. Quand on analyse les chiffres du revenu d’intégration sociale et de la Garantie de revenus aux personnes âgées, on co...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

S’il y a une différence notable entre le contexte urbain et rural, c’est que, dans le dernier cas, l’exclusion sociale est en effet plus dispersée, et donc plus difficile à mesurer. Quelques études existent, mais commencent désormais à dater d’une dizaine d’années comme celle menée par l’ULiège en 2011 et la chercheuse Stéphanie Linchet, qui s’est replongée dans le sujet pour Alter Échos1. «La pauvreté se décline de la même manière partout, entendue comme un réseau d’exclusions sociales qui s’étend sur plusieurs domaines de l’existence, individuels ou collectifs. Ce n’est donc pas qu’une question de moyens financiers. Et, en milieu rural, cette exclusion est accentuée par la question de l’accès aux biens et aux services, étant donné la grande dispersion géographique des infrastructures et des distances à parcourir.»

Aussi, plus on aura tendance à s’enfoncer dans la campagne, plus on retrouvera des groupes vulnérables, à commencer par les retraités, les personnes isolées ou les ménages précaires, souvent des familles monoparentales. Concernant la répartition de la pauvreté, les communes avec une population plus pauvre se situent dans les communes rurales du sud des provinces de Hainaut et de Namur ainsi que du nord et du sud-ouest de la province de Luxembourg. Quand on analyse les chiffres du revenu d’intégration sociale et de la Garantie de revenus aux personnes âgées, on co...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)