Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Rond-point Schuman

Objectifs du millénaire : la Commission prépare l’après-2015

L’année butoir des objectifs du millénaire pour le développement c’est 2015. La Commission européenne prépare l’après. Elle souhaite éradiquer l’extrême pauvreté et promet une « croissance durable ». C’est à dire ? On ne sait pas trop pour l’instant.

03-06-2014
© shutterstock

L’année butoir des objectifs du millénaire pour le développement c’est 2015. La Commission européenne prépare l’après. Elle souhaite éradiquer l’extrême pauvreté et promet une « croissance durable ». C’est-à-dire ? On ne sait pas trop pour l’instant.

 Les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) touchent à leur fin. En 2015 cela fera déjà quinze ans que les États du monde entier se sont mis d’accord pour la première fois sur huit objectifs à atteindre.

De la réduction de l’extrême pauvreté à l’éducation primaire pour tous en passant par la réduction de la mortalité maternelle, le champ d’action était ambitieux. Même si ces objectifs n’ont pas changé radicalement le monde, ils ont au moins permis de prendre conscience de l’ampleur des enjeux et de définir des objectifs communs qui figurent à l’agenda mondial.

De plus, certains progrès ont été réels. En 2012 les Nations unies dressaient un premier bilan des OMD. L’extrême pauvreté avait réduit de moitié. Même réduction du nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau. Dans le domaine de la santé, des progrès importants ont été réalisés. On note par exemple la chute du nombre de décès liés au paludisme.

Mais tous les objectifs n’ont pas été atteints. Tant s’en faut. La communauté internationale prépare donc la suite.

Et l’Union européenne entend jouer un rôle de « leader » dans cette vision de long terme, où le monde tentera de s’entendre autour de buts partagés jusqu’en 2030.

Le 2 juin, la Commission européenne a proposé une « communication » sur le sujet. Selon elle, pour la première fois « le monde a les ressources et les technologies pour éradiquer l’extrême pauvreté ». Pour ce faire, il faut de la « croissance » et du « développement » qui soit « durable » ; bien entendu.

Ces objectifs seront discutés avec le Parlement et le Conseil de l’Union européenne afin de définir la position communautaire qui sera tenue lors de sommets de l’ONU.

Les pistes proposées sont assez ambitieuses. En finir avec l’extrême pauvreté, on l’a dit. Réduire les inégalités. En finir avec la malnutrition, réduire la gaspillage alimentaire, atteindre l’objectif d’accès universel à l’eau potable, un travail décent pour tous, une croissance inclusive et soutenable, etc.

Une liste qui, pour l’instant, n’engage pas à grand-chose et ressemble à une série de voeux pieux. Voire à un discours de Miss Univers. Peu de chiffres précis figurent dans la communication de la Commission et peu de pistes sur la façon d’atteindre ces objectifs.

Mais soyons de bon compte, le processus ne fait que commencer. Les objectifs seront plus précis lors des discussions qui auront lieu sous l’égide des Nations unies.

Pour l’instant, le commissaire en charge du Développement, Andris Piebalgs, demande leur avis aux citoyens européens.

 

 

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)