Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Justice
© Flickrcc Jeanne Menjoulet

«Nous ne sommes visiblement pas du même milieu»

Alter Échos n° 464 7 mai 2018 Nathalie Cobbaut

Que ce soit dans des bâtiments réaménagés autour du palais de justice de Bruxelles ou lors d’audiences qui continuent de se tenir dans le mastodonte de la place Poelaert, chaque affaire traitée est une tranche de vie qui met en scène un prévenu et son histoire, des magistrats, un avocat et, au-delà, tout un système qui se mord la queue.

Ce matin-là, à la 47e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles, c’est une histoire sordide qui se plaide: un homme comparaît pour une série d’infractions à l’encontre d’une dame, prostituée de son état. Des multiples devoirs d’enquête réalisés par les ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Échos. Consultez nos offres d’abonnement, profitez de nos tarifs avantageux en vous pré-abonnant via la plateforme KissKissBankBank de soutien à Alter Échos ou connectez-vous à l’aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues en participant à notre campagne de soutien sur KissKissBankBank

A propos de l'auteur

Nathalie Cobbaut

Nathalie ne manque pas d’héros/héroïnes. Pêle-mêle : Truman Capote, Renaud quand il savait encore chanter, Isadora Duncan, Jessica Lang dans les bras de King Kong, Wes Anderson et Émile Zola. Originaire de Bruxelles, Nathalie alias « the brain » commence par des études de droit - selon les standards de l’époque, « il faut faire des études sérieuses -, » avant de s’attaquer au journalisme. Elle aimerait habiter son rêve : « écrire des histoires de gens ». En attendant son heure, elle fait du journalisme parce que la curiosité est une magnifique qualité qui permet d’informer, analyser, critiquer et d’accéder à la complexité. nathalie [dot] cobbaut [at] alter [dot] be

A la Une