Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

Le confinement a verrouillé l’accès aux soins

Où sont passés les malades du cancer? Les bébés? Les personnes souffrant d’hypertension? Le confinement du printemps les a tenus à l’écart des médecins généralistes et des hôpitaux et beaucoup ne sont pas revenus. Le report de soins aura sans aucun doute des conséquences à long terme sur la santé de la population, surtout chez les plus défavorisés.

© Kathleen De Meeûs

Si Stéphane avait pu consulter un ostéopathe en avril, sans doute aurait-il pu éviter une opération. Elle est devenue incontournable, programmée mi-novembre… et reportée fin janvier. Quand le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a), a annoncé le 23 octobre le report de toutes les opérations chirurgicales non urgentes, Stéphane a craint le pire, avec raison. Une hernie discale, ce n’est pas une question de vie ou de mort même si c’est très douloureux. Cet employé de 50 ans reconnaît qu’au moment du déconfinement, il a hésité à prendre un rendez-vous à l’hôpital. Il a du mal à qualifier la crainte qu’il ressentait. «Peur d’être mal accueilli, résume-t-il. Mais tout est allé tellement vite! Je n’ai pu avoir de contact avec le médecin qu’à la fin de ses vacances, en août. C’était déjà un peu trop tard.»

Pascale n’a pas pu passer la mammographie prévue le 4 mai. Le rendez-vous a été annulé, sans même la prévenir, comme si ça allait de soi. Pour Pascale, ce dépistage est important et elle le sait. Il y a des antécédents de cancer du sein dans sa famille et elle-même a été opérée pour une petite tumeur maligne dans le bras, il y a deux ans. Pascale devrait passer cet examen début janvier 2021. «J’avais prévu de faire ça en septembre. Mais l’épidémie a flambé à nouveau dès la rentrée. Tous les jours, on parlait des généralistes débordés par les demandes de tests. Je n’ai pa...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Martine Vandemeulebroucke

Martine Vandemeulebroucke

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)