Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

L'abbé qui aimait l'AIS

Des paroissiens namurois œuvrent depuis plus de quinze ans à des projets sociaux en faveur des plus démunis. Leur asbl vient de mettre à disposition quatre nouveauxlogements, via une AIS.

27-02-2009 Alter Échos n° 268

Des paroissiens namurois œuvrent depuis plus de quinze ans à des projets sociaux en faveur des plus démunis. Leur asbl vient de mettre à disposition quatre nouveauxlogements, via une AIS (agence immobilière sociale).

Connu bien au delà de Namur pour sa traditionnelle messe en wallon du lundi des Fêtes de Wallonie – messe au cours de laquelle il ne se prive pas d’égratigner, nonsans humour, la politique namuroise – l’Abbé Malherbe1 est tout aussi charismatique quand il s’agit de fédérer autour des plus démunis.

C’est ainsi que depuis plus de quinze ans, des fidèles de la communauté paroissiale Saint-Jean-Baptiste–Saint-Loup œuvrent, avec lui, à la mise àdisposition de services pour ceux que la vie a fragilisés. Il y a peu, ce sont ainsi deux appartements à trois chambres et un appartement à deux chambres qui ontété aménagés, logements qui n’ont pas tardé à être occupés. Coût des travaux : 250 000 euros. « Le loyer est de 200 eurospour l’appartement doté de deux chambres et de 300 euros pour ceux équipés de trois chambres », souligne Michel Rihoux, membre de l’équipe desparoissiens actifs. Des montants équivalents à ceux de kots d’étudiants, pas forcément trois étoiles.

L’intérêt de ces nouveaux logements réside aussi dans la synergie mise en place, tant pour assurer la rénovation et l’aménagement des lieux que dansla manière de veiller à ce que ceux-ci soient occupés en « bon père de famille ». « L’Agence immobilière sociale Gestion LogementNamur2 nous a conseillé de nous tourner vers le Fonds du logement des familles nombreuses de Wallonie pour l’obtention d’un prêt sans intérêt de troisfois 35 000 euros. Aujourd’hui, c’est l’AIS qui gère les nouveaux logements et qui assure le suivi social », précise Michel Rihoux.

Une synergie de services

Autre synergie bien à propos, celle issue de la situation même des appartements. Implantés au n° 20 de la rue Rupplémont, ils viennent s’ajouter àl’offre d’un service social initié en 2004 par le groupe de paroissiens, tout comme le lavoir social « Li P’tite Buwèye »3. Cen’est pas tout  : le centre des immigrés de la Province Namur-Luxembourg occupe le quatrième appartement qui a été rénové et, à quelquespas, une agréable salle est mise à disposition des petites associations pour un montant de location modeste. Un endroit que l’on doit aussi au travail de fourmi des paroissiens dela communauté Saint-Jean-Baptiste-Saint-Loup.

Les n° 16, 18 et 20 de la rue Rupplémont – située au cœur du piétonnier namurois – restent ainsi fidèles à ce qui fut l’histoire duquartier à partir du milieu du XVIIe siècle. Anne de Rupplémont, issue d’une famille aisée, fit venir à Namur des religieuses qui, avec son aide,créèrent une école accessible aux pauvres, le dimanche. Outre de l’enseignement, ils y recevaient du pain. Propriété de l’archiprêtré deNamur et de Saint-Servais, ces bâtiments ont été mis à la disposition, via un bail emphytéotique, de l’asbl créée en janvier 2008. Asblparoissiale et apolitique qui, ça ne s’invente pas, a choisi de porter le nom « d’Escholle dominicale pour les Pauvres »4 ou Espace communautaireSaint-Loup-Saint Jean-Baptiste.

D’autres travaux

Déterminée à conserver son objet social orienté vers les plus démunis, l’asbl a encore de beaux projets dans ses cartons  : de nouveaux sanitaires aun° 20, de sorte que les sans-abri puissent y prendre une douche lorsqu’ils vont laver leur linge à la P’tite Buwèye. L’installation d’une cuisine ajoutant unplus à la salle disponible en location, et le remplacement de la toiture du n° 18 et du n° 20.

La communauté paroissiale Saint-Jean-Baptiste-Saint-Loup n’en est pas à son coup d’essai en matière de logements mis à disposition des plus démunis.En 1990 déjà, elle aménageait six logements sociaux, aujourd’hui gérés par l’AIS namuroise. Rénovés grâce à un prêt dela Région wallonne, ces logements sont situés au Logis Saint-Materne, rue Notre-Dame. Le groupement de paroissiens portait alors le nom de FGTB pour Fonds de Gestion des Travaux etdes Bâtiments  : l’humour de l’Abbé Malherbe avait encore frappé  !

1. Abbé Malherbe :
– adresse : rue du Collège, 17 à 5000 Namur
– tél. : 081 22 80 95
– courriel  : entrejeanetloup@skynet.be
2. AIS « Gestion Logement Namur » :
– adresse : Rue Saint-Nicolas, 71 à 5000 Namur
– tél. : 081 22 59 66.
3. « Li P’tite Buwèye » :
– adresse : rue Rupplémont, 20 à 5000 Namur.
4. Asbl d’Escholle dominicale pour les Pauvres :
– adresse : rue Rupplémont, 20 à 5000 Namur.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)