Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

Internement : soigner au lieu d’enfermer

Il y a deux ans, le SPF Santé et le SPF Justice ont lancé main dans la main le volet «internés» de la réforme de santé mentale («réforme 107»). Objectif: faire sortir autant que possible les personnes internées du système carcéral et les réinsérer dans un environnement psychiatrique adapté. Un projet ambitieux et urgent.

Il y a deux ans, le SPF Santé et le SPF Justice ont lancé main dans la main le volet «internés» de la réforme de santé mentale («réforme 107») (1). Objectif: faire sortir autant que possible les personnes internées du système carcéral et les réinsérer dans un environnement psychiatrique adapté. Un projet ambitieux et urgent.Article publié le 24 février 2016.Le chemin de l’internementQuand l’auteur d’une infraction est considéré comme irresponsable en raison de son état mental (handicap mental, maladie mentale), il est interné. L’objectif de l’internement consiste à la fois à protéger la société et garantir aux personnes un traitement médical qui leur permettra de retrouver une place dans la société. Dans un premier temps (et quand il y a eu un mandat d’arrêt), cette personne est mise en observation dans l’annexe psychiatrique d’une prison. Puis, si l’irresponsabilité est confirmée, elle est – en théorie – acheminée vers un établissement de défense sociale (EDS) ou un hôpital psychiatrique. Des lieux dans lesquels elle est censée recevoir des soins adaptés en vue d’une libération à l’essai, voire, parfois, définitive. Les modalités de l’exécution de l’internement sont jusqu’ici fixées par les commissions de défense sociale.En savoir plus? Lire: «Internés sous les verrous: punis ou soignés?», Alter Échos n° 366, septembre 2013, Marinette Mormont.«S’il y avait une seule chose qui ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Il y a deux ans, le SPF Santé et le SPF Justice ont lancé main dans la main le volet «internés» de la réforme de santé mentale («réforme 107») (1). Objectif: faire sortir autant que possible les personnes internées du système carcéral et les réinsérer dans un environnement psychiatrique adapté. Un projet ambitieux et urgent.Article publié le 24 février 2016.Le chemin de l’internementQuand l’auteur d’une infraction est considéré comme irresponsable en raison de son état mental (handicap mental, maladie mentale), il est interné. L’objectif de l’internement consiste à la fois à protéger la société et garantir aux personnes un traitement médical qui leur permettra de retrouver une place dans la société. Dans un premier temps (et quand il y a eu un mandat d’arrêt), cette personne est mise en observation dans l’annexe psychiatrique d’une prison. Puis, si l’irresponsabilité est confirmée, elle est – en théorie – acheminée vers un établissement de défense sociale (EDS) ou un hôpital psychiatrique. Des lieux dans lesquels elle est censée recevoir des soins adaptés en vue d’une libération à l’essai, voire, parfois, définitive. Les modalités de l’exécution de l’internement sont jusqu’ici fixées par les commissions de défense sociale.En savoir plus? Lire: «Internés sous les verrous: punis ou soignés?», Alter Échos n° 366, septembre 2013, Marinette Mormont.«S’il y avait une seule chose qui ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Il y a deux ans, le SPF Santé et le SPF Justice ont lancé main dans la main le volet «internés» de la réforme de santé mentale («réforme 107») (1). Objectif: faire sortir autant que possible les personnes internées du système carcéral et les réinsérer dans un environnement psychiatrique adapté. Un projet ambitieux et urgent.Article publié le 24 février 2016.Le chemin de l’internementQuand l’auteur d’une infraction est considéré comme irresponsable en raison de son état mental (handicap mental, maladie mentale), il est interné. L’objectif de l’internement consiste à la fois à protéger la société et garantir aux personnes un traitement médical qui leur permettra de retrouver une place dans la société. Dans un premier temps (et quand il y a eu un mandat d’arrêt), cette personne est mise en observation dans l’annexe psychiatrique d’une prison. Puis, si l’irresponsabilité est confirmée, elle est – en théorie – acheminée vers un établissement de défense sociale (EDS) ou un hôpital psychiatrique. Des lieux dans lesquels elle est censée recevoir des soins adaptés en vue d’une libération à l’essai, voire, parfois, définitive. Les modalités de l’exécution de l’internement sont jusqu’ici fixées par les commissions de défense sociale.En savoir plus? Lire: «Internés sous les verrous: punis ou soignés?», Alter Échos n° 366, septembre 2013, Marinette Mormont.«S’il y avait une seule chose qui ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice Focales, journaliste (social, santé, logement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)