Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Environnement/territoire

Des enfants dans le vent

Aujourd’hui, plus de neuf éoliennes wallonnes sur dix sont la propriété de multinationales. Mais un nouveau type d’investisseurs se réapproprient ces moyens de production: des enfants.

Actionnaires des coopératives éoliennes, les enfants sont dans le vent. (c) Allons-en vent

Aujourd’hui, plus de neuf éoliennes wallonnes sur dix sont la propriété de multinationales. Mais un nouveau type d’investisseurs se réapproprient ces moyens de production: des enfants.

Article publié dans Alter Echos, n°429-430, 3 octobre 2016.

Depuis 11 ans maintenant, une éolienne citoyenne trône aux abords du petit village de Finnevaux, dans la commune de Houyet (sud de la province de Namur). Dans ce petit coin de nature battu par les vents, les turbines à hélice ne sont pas seulement les bras d’un dieu, Éole, qui soupire selon les saisons. Ce sont des armes de résistance: en produisant 1605 MWh/an, elles fournissent 320 ménages en électricité verte. Au nez et à la barbe de la centrale nucléaire de Chooz (France) toute proche.

Portée dès le début par 500 membres de la coopérative «Allons en Vent», l’éolienne appartient exclusivement à des enfants, les «citoyens de demain». Son principe est simple: des parents ou des grands-parents peuvent acheter des parts d’un montant de 100 € pour leurs enfants. Ces parts sont ensuite rémunérées grâce aux bénéfices de la coopérative, selon la décision de l’assemblée générale.  Le projet a séduit le ministre de l’époque et franchi rapidement les étapes administratives.

Depuis, l’éolienne ronronne au vent.  Elle compte aujourd’hui  950 coopérateurs, dont 75% sont encore des enfants. Trois d’entre eux ont rejoint le conseil d’admi...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Rafal Naczyk

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)