Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Culture

Dans les musées, la gratuité fait toujours débat

En 2012, Fadila Lanaan, alors ministre de la Culture, imposait la gratuité aux musées subventionnés le premier dimanche du mois. Une mesure qui fit grincer des dents. En cause: les pertes financières pour les musées. Au-delà de cette polémique, une question dominait les débats: la gratuité permettra-t-elle d’attirer des publics précarisés? Réponse: La gratuité, à elle seule, ne suffit pas.

En 2012, Fadila Lanaan, alors ministre de la Culture, imposait la gratuité aux musées subventionnés le premier dimanche du mois. Une mesure qui fit grincer des dents. En cause: les pertes financières pour les musées. Au-delà de cette polémique, une question dominait les débats: la gratuité permettra-t-elle d’attirer des publics précarisés? Réponse: La gratuité, à elle seule, ne suffit pas. Article issu de notre dossier Gratuité, publié dans Alter Échos, n°424-425, 13 juin 2016.Le décret du 3 mai 2012 ne fit pas l’unanimité. C’est le moins que l’on puisse dire. Lorsque Fadila Lanaan, alors ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles, décida d’instaurer la gratuité dans les musées le premier dimanche de chaque mois, des réticences furent exprimées avec virulence dans les médias francophones. Le leader de la fronde: Xavier Canonne, directeur du célèbre Musée de la Photographie de Charleroi.Dans une carte blanche, publiée sur le site de la RTBF, il dénonçait la «fausse bonne idée de la gratuité». Une mesure «populiste» qui fragiliserait les musées.Malgré ce mouvement d’humeur, le décret a été voté et, depuis le premier janvier 2013, la gratuité le premier dimanche du mois est devenue, pour les musées, une condition d’obtention des subventions octroyées par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Plus de 80 musées de Fédération-Wallonie Bruxelles sont concernés par cette décis...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

En 2012, Fadila Lanaan, alors ministre de la Culture, imposait la gratuité aux musées subventionnés le premier dimanche du mois. Une mesure qui fit grincer des dents. En cause: les pertes financières pour les musées. Au-delà de cette polémique, une question dominait les débats: la gratuité permettra-t-elle d’attirer des publics précarisés? Réponse: La gratuité, à elle seule, ne suffit pas. Article issu de notre dossier Gratuité, publié dans Alter Échos, n°424-425, 13 juin 2016.Le décret du 3 mai 2012 ne fit pas l’unanimité. C’est le moins que l’on puisse dire. Lorsque Fadila Lanaan, alors ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles, décida d’instaurer la gratuité dans les musées le premier dimanche de chaque mois, des réticences furent exprimées avec virulence dans les médias francophones. Le leader de la fronde: Xavier Canonne, directeur du célèbre Musée de la Photographie de Charleroi.Dans une carte blanche, publiée sur le site de la RTBF, il dénonçait la «fausse bonne idée de la gratuité». Une mesure «populiste» qui fragiliserait les musées.Malgré ce mouvement d’humeur, le décret a été voté et, depuis le premier janvier 2013, la gratuité le premier dimanche du mois est devenue, pour les musées, une condition d’obtention des subventions octroyées par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Plus de 80 musées de Fédération-Wallonie Bruxelles sont concernés par cette décis...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

En 2012, Fadila Lanaan, alors ministre de la Culture, imposait la gratuité aux musées subventionnés le premier dimanche du mois. Une mesure qui fit grincer des dents. En cause: les pertes financières pour les musées. Au-delà de cette polémique, une question dominait les débats: la gratuité permettra-t-elle d’attirer des publics précarisés? Réponse: La gratuité, à elle seule, ne suffit pas. Article issu de notre dossier Gratuité, publié dans Alter Échos, n°424-425, 13 juin 2016.Le décret du 3 mai 2012 ne fit pas l’unanimité. C’est le moins que l’on puisse dire. Lorsque Fadila Lanaan, alors ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles, décida d’instaurer la gratuité dans les musées le premier dimanche de chaque mois, des réticences furent exprimées avec virulence dans les médias francophones. Le leader de la fronde: Xavier Canonne, directeur du célèbre Musée de la Photographie de Charleroi.Dans une carte blanche, publiée sur le site de la RTBF, il dénonçait la «fausse bonne idée de la gratuité». Une mesure «populiste» qui fragiliserait les musées.Malgré ce mouvement d’humeur, le décret a été voté et, depuis le premier janvier 2013, la gratuité le premier dimanche du mois est devenue, pour les musées, une condition d’obtention des subventions octroyées par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Plus de 80 musées de Fédération-Wallonie Bruxelles sont concernés par cette décis...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)