Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
Crédit : Jeanne Menjoulet

Le CPAS de Montigny-le-Tilleul et le Centre régional d’intégration de Charleroi (CRIC) mutualisent les effectifs et les moyens financiers consacrés à l’accompagnement des primo-arrivants. Une première en Wallonie.

Combinant le Projet individualisé d’intégration sociale (PIIS) (mené au sein des CPAS), mis en place par la fédéral, et le Parcours d’intégration instauré (mené au sein des centres régionaux d’intégration - CRI) par la Wallonie, ce programme commun conduit surtout à la simplification des démarches administratives pour les bénéficiaires, en leur garantissant un parcours structuré et concerté entre le CPAS et le CRIC. «Si l’outil de collaboration est en place, nous n’avons toutefois pas encore pu réellement l’expérimenter puisqu’une seule famille va entrer dans le processus», explique Bernard Antoine, directeur du CPAS de Montigny-le-Tilleul.

«Les personnes reconnues comme primo-arrivants et qui bénéficient du droit à l’intégration sociale sont soumises actuellement à un double programme d’intégration dont les contraintes, parfois différentes, peuvent se juxtaposer, se compléter, voire se contredire», continue Bernard Antoine, en dévoilant les motivations de cette collaboration entre le CPAS et le CRIC. «En outre, le régime de sanctions existant dans chacun des dispositifs ne repose pas sur des bases similaires et pourrait avoir un impact sur le dispositif de l’un...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Le CPAS de Montigny-le-Tilleul et le Centre régional d’intégration de Charleroi (CRIC) mutualisent les effectifs et les moyens financiers consacrés à l’accompagnement des primo-arrivants. Une première en Wallonie.

Combinant le Projet individualisé d’intégration sociale (PIIS) (mené au sein des CPAS), mis en place par la fédéral, et le Parcours d’intégration instauré (mené au sein des centres régionaux d’intégration - CRI) par la Wallonie, ce programme commun conduit surtout à la simplification des démarches administratives pour les bénéficiaires, en leur garantissant un parcours structuré et concerté entre le CPAS et le CRIC. «Si l’outil de collaboration est en place, nous n’avons toutefois pas encore pu réellement l’expérimenter puisqu’une seule famille va entrer dans le processus», explique Bernard Antoine, directeur du CPAS de Montigny-le-Tilleul.

«Les personnes reconnues comme primo-arrivants et qui bénéficient du droit à l’intégration sociale sont soumises actuellement à un double programme d’intégration dont les contraintes, parfois différentes, peuvent se juxtaposer, se compléter, voire se contredire», continue Bernard Antoine, en dévoilant les motivations de cette collaboration entre le CPAS et le CRIC. «En outre, le régime de sanctions existant dans chacun des dispositifs ne repose pas sur des bases similaires et pourrait avoir un impact sur le dispositif de l’un...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)