Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
Production théâtrale en maison de jeunes (c) FMJ

Dix-sept ans après son élaboration, le décret «Centres de jeunes» est enfin évalué. L’Observatoire de l’enfance, de la jeunesse et de l’aide à la jeunesse s’y attelle depuis deux ans. Financement du secteur, accueil des jeunes, participation sont quelques thèmes saillants d’une évaluation dont l’avenir est suspendu aux lèvres de Benoît Lutgen et consorts.

Plus personne n’y croyait vraiment. Mais aujourd’hui, c’est fait. Le décret (attention, il faut inspirer fort) «déterminant les conditions de reconnaissance et de subventionnement des maisons de jeunes, centres de rencontre et d’hébergement et centres d’information de jeunes et de leur fédération» a été évalué pour la première fois (on appellera ce texte le «décret Centre de jeunes»).
«Cette évaluation ne s’est pas autorisée à porter d’utopie.» Jean-Pierre Tondu, Fédération FOr’J
Ce texte avait été adopté le 30 juillet 2000. Autant dire il y a mille ans. Internet en était à ses balbutiements et Justin Bieber n’avait que 6 ans. Il devenait donc urgent de dépoussiérer ce texte qui cadre les missions et détermine les conditions d’agrément des maisons de jeunes, mais aussi des centres d’info jeunesse et des centres de rencontre et d’hébergement.

Depuis 2000, aucun ministre n’avait pu ou su lancer l’évaluation du texte alors que le prescrit légal exige qu’un tel exercice ait lieu tous les cinq ans. Evelyne Huytebroeck (Éc...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Dix-sept ans après son élaboration, le décret «Centres de jeunes» est enfin évalué. L’Observatoire de l’enfance, de la jeunesse et de l’aide à la jeunesse s’y attelle depuis deux ans. Financement du secteur, accueil des jeunes, participation sont quelques thèmes saillants d’une évaluation dont l’avenir est suspendu aux lèvres de Benoît Lutgen et consorts.

Plus personne n’y croyait vraiment. Mais aujourd’hui, c’est fait. Le décret (attention, il faut inspirer fort) «déterminant les conditions de reconnaissance et de subventionnement des maisons de jeunes, centres de rencontre et d’hébergement et centres d’information de jeunes et de leur fédération» a été évalué pour la première fois (on appellera ce texte le «décret Centre de jeunes»).
«Cette évaluation ne s’est pas autorisée à porter d’utopie.» Jean-Pierre Tondu, Fédération FOr’J
Ce texte avait été adopté le 30 juillet 2000. Autant dire il y a mille ans. Internet en était à ses balbutiements et Justin Bieber n’avait que 6 ans. Il devenait donc urgent de dépoussiérer ce texte qui cadre les missions et détermine les conditions d’agrément des maisons de jeunes, mais aussi des centres d’info jeunesse et des centres de rencontre et d’hébergement.

Depuis 2000, aucun ministre n’avait pu ou su lancer l’évaluation du texte alors que le prescrit légal exige qu’un tel exercice ait lieu tous les cinq ans. Evelyne Huytebroeck (Éc...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)