Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Justice

Expertise psychiatrique: entre soin et sanction

Alter Échos n° 429-430 27 septembre 2016 Pierre Jassogne

L’expertise psychiatrique est au fondement de la défense sociale, puisqu’elle permet de reconnaître une personne malade et pénalement irresponsable de ses actes. Depuis 2014, pour éviter certaines dérives, une réforme encadre mieux la pratique. 
Une personne ayant commis un crime ou un délit et présentant des problèmes psychiatriques ne va pas en prison. Son état mental est évalué par une expertise. Cette dernière joue d’ailleurs un rôle important en défense sociale. Elle intervient d’abord à l’entrée du système, dès lors qu’il s’agit de statuer sur la responsabilité pénale et la dangerosité s...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

L’expertise psychiatrique est au fondement de la défense sociale, puisqu’elle permet de reconnaître une personne malade et pénalement irresponsable de ses actes. Depuis 2014, pour éviter certaines dérives, une réforme encadre mieux la pratique. 
Une personne ayant commis un crime ou un délit et présentant des problèmes psychiatriques ne va pas en prison. Son état mental est évalué par une expertise. Cette dernière joue d’ailleurs un rôle important en défense sociale. Elle intervient d’abord à l’entrée du système, dès lors qu’il s’agit de statuer sur la responsabilité pénale et la dangerosité s...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

L’expertise psychiatrique est au fondement de la défense sociale, puisqu’elle permet de reconnaître une personne malade et pénalement irresponsable de ses actes. Depuis 2014, pour éviter certaines dérives, une réforme encadre mieux la pratique. 
Une personne ayant commis un crime ou un délit et présentant des problèmes psychiatriques ne va pas en prison. Son état mental est évalué par une expertise. Cette dernière joue d’ailleurs un rôle important en défense sociale. Elle intervient d’abord à l’entrée du système, dès lors qu’il s’agit de statuer sur la responsabilité pénale et la dangerosité s...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une