Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Emploi/formation

Un rayon d’optimisme dans les roues des cyclo-coursiers

Ils sont les forçats de la livraison de nos plats chauds, par tout temps et à toute heure. Ils sont des milliers en Europe à travailler pour les grandes entreprises de la food-tech : Deliveroo, UberEATS, Foodora et consorts. Le plus souvent en tant qu’indépendants. Un statut qui ne leur offre que peu de sécurité en cas d’accidents ou de vols. C’est pourquoi partout en Europe certains cyclo-coursiers se regroupent pour monter des coopératives de livreurs. Si elles se révèlent difficiles à lancer, les coopératives peuvent être un excellent complément dans le marché de la livraison. L’idée fait son chemin chez nous : la Fédération Belge de la Cyclo-Logistique est née en décembre.

© Shutterstock

Ils sont les forçats de la livraison de nos plats chauds, par tout temps et à toute heure. Ils sont des milliers en Europe à travailler pour les grandes entreprises de la food-tech: Deliveroo, Uber Eats, Foodora et consorts. Le plus souvent en tant qu’indépendants. Un statut qui ne leur offre que peu de sécurité en cas d’accidents ou de vols. C’est pourquoi partout en Europe certains cyclo-coursiers se regroupent pour monter des coopératives de livreurs. Si elles se révèlent difficiles à lancer, les coopératives peuvent être un excellent complément dans le marché de la livraison. L’idée fait son chemin chez nous: la Fédération belge de la cyclo-logistique est née en décembre 2018.

De mémoire de cyclo-coursiers, le 1er février 2018 est une date dont on se souvient. C’est à moment-là que les coursiers de Deliveroo ont été mis face à un choix cruel par le géant de la livraison à vélo: soit ils passaient sous statut d’indépendants et ils continuaient à travailler. Soit ils refusaient, et c’était «bye bye». Fini donc le contrat de la SMart payé à l’heure qui garantissait un minimum de sécurité en termes de couverture santé et pension. Mais pourquoi rendre ses livreurs indépendants? «[Nos] coursiers nous indiquent qu’ils apprécient la flexibilité, le fait de travailler quand, où et s’ils le veulent. Le coursier peut décider à tout moment de s’inscrire et de travailler, d’accepter ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Léo Potier

Léo Potier

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)