Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Jeunesse (Aide à la)

Un pas de plus vers la réforme de l’aide à la jeunesse

Le Conseil communautaire de l’aide à la jeunesse a remis sa copie concernant le projet de réforme de Rachid Madrane, ministre compétent en ce domaine. Un avis plus nuancé qu’attendu, mais qui n’épargne pas certaines orientations majeures du projet du ministre.

Parmi les interrogations du CCAJ, jusqu’à quand sommes-nous jeunes (et avons-nous droit à la prévention liée à la jeunesse) : 18 ou 26 ans ?

Le Conseil communautaire de l’aide à la jeunesse a remis sa copie concernant le projet de réforme de Rachid Madrane, ministre compétent en ce domaine. Un avis plus nuancé qu’attendu mais qui n’épargne pas certaines orientations majeures du projet du ministre. Octobre 2015. Rachid Madrane, ministre en charge de l’Aide à la jeunesse, surprend le monde de l’aide à la jeunesse par l’ampleur de la réforme qu’il propose pour le secteur.Après six mois de travail, le Conseil communautaire de l’aide à la jeunesse (CCAJ) a rendu en avril son avis au sujet de cette réforme.C’est Françoise Raoult qui a présidé le CCAJ et planché, avec les autres représentants du secteur, sur ce texte.Elle est aujourd’hui fière de sa dernière mission menée avant la pension. Elle se dit satisfaite «de la teneur des débats, qui furent très riches. L’avis rendu est explicite, constructif et contient des propositions».«Les rôles respectifs des directeurs et des juges paraissent incohérents, contradictoires et incompréhensibles.» Avis 154 du CCAJ Au vu des bruissements parfois acerbes que l’on percevait ces derniers mois, on aurait pu s’attendre à un avis écrit au vitriol. Tel n’a pas été le cas.Bien sûr, les représentants du secteur «regrettent l’absence d’évaluation préalable au lancement d’un tel chantier». Dans le même temps, la majorité des membres du CCAJ «souligne l’intérêt du renforcement des droits des ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

Le Conseil communautaire de l’aide à la jeunesse a remis sa copie concernant le projet de réforme de Rachid Madrane, ministre compétent en ce domaine. Un avis plus nuancé qu’attendu mais qui n’épargne pas certaines orientations majeures du projet du ministre. Octobre 2015. Rachid Madrane, ministre en charge de l’Aide à la jeunesse, surprend le monde de l’aide à la jeunesse par l’ampleur de la réforme qu’il propose pour le secteur.Après six mois de travail, le Conseil communautaire de l’aide à la jeunesse (CCAJ) a rendu en avril son avis au sujet de cette réforme.C’est Françoise Raoult qui a présidé le CCAJ et planché, avec les autres représentants du secteur, sur ce texte.Elle est aujourd’hui fière de sa dernière mission menée avant la pension. Elle se dit satisfaite «de la teneur des débats, qui furent très riches. L’avis rendu est explicite, constructif et contient des propositions».«Les rôles respectifs des directeurs et des juges paraissent incohérents, contradictoires et incompréhensibles.» Avis 154 du CCAJ Au vu des bruissements parfois acerbes que l’on percevait ces derniers mois, on aurait pu s’attendre à un avis écrit au vitriol. Tel n’a pas été le cas.Bien sûr, les représentants du secteur «regrettent l’absence d’évaluation préalable au lancement d’un tel chantier». Dans le même temps, la majorité des membres du CCAJ «souligne l’intérêt du renforcement des droits des ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)