Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

Un cabinet dentaire provisoire pour soigner les plus fragilisés

L’association Médecins du Monde a installé devant ses bureaux anversois un cabinet dentaire provisoire sur roues à destination des patients qui n’ont pas accès aux soins.

L’association Médecins du Monde a installé devant ses bureaux anversois un cabinet dentaire provisoire sur roues à destination des patients qui n’ont pas accès aux soins.

Tamman, allongé sur le fauteuil dentaire, s’apprête à laisser la dentiste ausculter sa bouche. Réfugié syrien présent depuis quelques mois à Anvers, il est arrivé dans ce cabinet atypique par l’intermédiaire de son assistante sociale. Une aubaine pour le jeune homme, tout juste reconnu réfugié, qui doit encore parmi toutes ses démarches s’affilier à une mutualité.

La clinique mobile, réplique d’un cabinet de dentisterie «sédentaire», s’est installée durant trois jours à Anvers, devant l’antenne de Médecins du Monde (MdM). «Nous avons mis en place ce cabinet provisoire pour répondre au besoin urgent de pouvoir dispenser des soins dentaires au public précarisé que nous rencontrons chez Médecins du Monde. Aujourd’hui, on parvient à gérer les urgences en collaboration avec les dentistes de notre réseau mais, à ce jour, 60 personnes se trouvent toujours en attente de soins dentaires. Cette clinique provisoire s’adresse à eux», explique Alexis Andries, coordinateur de MdM Anvers.

Assurer le suivi

Ce cabinet n’a pas une vocation itinérante, comme le bus dentaire en France (voir encadré) ou le Médibus, projet de bus de santé à l’initiative de MdM également, qui va se garer aux abords des gares et des stati...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

L’association Médecins du Monde a installé devant ses bureaux anversois un cabinet dentaire provisoire sur roues à destination des patients qui n’ont pas accès aux soins.

Tamman, allongé sur le fauteuil dentaire, s’apprête à laisser la dentiste ausculter sa bouche. Réfugié syrien présent depuis quelques mois à Anvers, il est arrivé dans ce cabinet atypique par l’intermédiaire de son assistante sociale. Une aubaine pour le jeune homme, tout juste reconnu réfugié, qui doit encore parmi toutes ses démarches s’affilier à une mutualité.

La clinique mobile, réplique d’un cabinet de dentisterie «sédentaire», s’est installée durant trois jours à Anvers, devant l’antenne de Médecins du Monde (MdM). «Nous avons mis en place ce cabinet provisoire pour répondre au besoin urgent de pouvoir dispenser des soins dentaires au public précarisé que nous rencontrons chez Médecins du Monde. Aujourd’hui, on parvient à gérer les urgences en collaboration avec les dentistes de notre réseau mais, à ce jour, 60 personnes se trouvent toujours en attente de soins dentaires. Cette clinique provisoire s’adresse à eux», explique Alexis Andries, coordinateur de MdM Anvers.

Assurer le suivi

Ce cabinet n’a pas une vocation itinérante, comme le bus dentaire en France (voir encadré) ou le Médibus, projet de bus de santé à l’initiative de MdM également, qui va se garer aux abords des gares et des stati...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

L’association Médecins du Monde a installé devant ses bureaux anversois un cabinet dentaire provisoire sur roues à destination des patients qui n’ont pas accès aux soins.

Tamman, allongé sur le fauteuil dentaire, s’apprête à laisser la dentiste ausculter sa bouche. Réfugié syrien présent depuis quelques mois à Anvers, il est arrivé dans ce cabinet atypique par l’intermédiaire de son assistante sociale. Une aubaine pour le jeune homme, tout juste reconnu réfugié, qui doit encore parmi toutes ses démarches s’affilier à une mutualité.

La clinique mobile, réplique d’un cabinet de dentisterie «sédentaire», s’est installée durant trois jours à Anvers, devant l’antenne de Médecins du Monde (MdM). «Nous avons mis en place ce cabinet provisoire pour répondre au besoin urgent de pouvoir dispenser des soins dentaires au public précarisé que nous rencontrons chez Médecins du Monde. Aujourd’hui, on parvient à gérer les urgences en collaboration avec les dentistes de notre réseau mais, à ce jour, 60 personnes se trouvent toujours en attente de soins dentaires. Cette clinique provisoire s’adresse à eux», explique Alexis Andries, coordinateur de MdM Anvers.

Assurer le suivi

Ce cabinet n’a pas une vocation itinérante, comme le bus dentaire en France (voir encadré) ou le Médibus, projet de bus de santé à l’initiative de MdM également, qui va se garer aux abords des gares et des stati...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Manon Legrand

Manon Legrand

Coordinatrice Alter Échos, journaliste (social, logement, environnement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)