Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Sociétés coopératives  : de l'ombre à la lumière  ?

Les coopératives sont-elles l’avenir de l’agriculture ? Retour sur un concept pourtant ancien en compagnie de deux structures « historiques ».

15-11-2011 Alter Échos n° 326

Les coopératives sont-elles l’avenir de l’agriculture  ? Retour sur un concept pourtant ancien en compagnie de deux structures « historiques » qui, aprèsavoir parfois souffert, relèvent aujourd’hui la tête.

Les problèmes du monde agricole sont connus  : difficultés financières et disparitions des petites exploitations sont largement évoquées depuisplusieurs années. Face à cette situation, ou par conviction politique, certains ont opté pour la création de sociétés coopératives, qu’elles soient,entre autres, à responsabilité limitée (SCRL) ou à finalité sociale (voir encadré). C’est le cas de Coprosain1, une SCRL située àAth. Elle est active dans la commercialisation de fruits et légumes bio, de produits laitiers, de boulangerie bio ainsi que dans la transformation et la commercialisation de viande, le toutissu du travail de ses 45 producteurs regroupés au sein du groupe Agrisain. « Nous permettons à toute une série d’exploitations familiales d’exister. Sans Coprosain,50  % d’entre elles au minimum ne survivraient pas faute de débouchés », explique Paul Vankeerbergen, directeur de la coopérative.

Société coopérative  :

« La société coopérative est celle qui se compose d’associés dont le nombre et les apports sont variables ». La coopérative est donc unesociété ouverte dont les variations de capital résultent notamment de la souscription de parts sociales par les coopérateurs (au nombre de trois minimum). En cas debénéfices, un dividende sur les parts peut être versé. Dans le cas de la société coopérative à responsabilité limitée, lesassociés ne sont passibles de dettes que jusqu’à concurrence de leurs apports.

Société à finalité sociale  :

La société à finalité sociale (SFS), régie par la loi du 13 avril 1995 entrée en vigueur au 1er juillet 1996, est quant à elle unesociété ayant décidé d’intégrer dans ses statuts différentes conditions dont celle qui stipule qu’elle n’est pas vouée à l’enrichissement deses associés.

Créée il y a 35 ans, la structure permettrait ainsi à l’agriculture « familiale » de subsister. « Il s’agit d’exploitations dans laquelle lafamille du producteur vit principalement de la ferme, explique notre interlocuteur. Il y a aussi une question de taille, puisque ce sont de petites exploitations de trois à 70 hectares qui neseraient plus viables si elles restaient dans le circuit traditionnel où il faut grosso modo viser les cent hectares ». Un circuit traditionnel où les prix sont bas alors quela coopérative se fait fort d’offrir un prix de vente juste à ses producteurs. « Nous fonctionnons quasiment sans intermédiaires entre le producteur et le consommateuret nous pouvons rétribuer directement aux producteurs les marges que les différents grossistes prennent en temps normal », explique Paul Vankeerbergen.

Les prix sont également discutables par les agriculteurs. « Le prix est discuté entre les producteurs et la coopérative, ce qui n’est pas possible avec un grossistetraditionnel », continue le directeur. Notons que les producteurs participent à l’assemblée générale annuelle ainsi qu’à une autre réunion aucours de laquelle il leur est possible de parler de l’avenir de la coopérative. « Pour être membres de Coprosain et participer à l’AG, les producteurs doivent prendreune part sociale dans la coopérative, explique Paul Vankeerbergen. Une part qui n’est d’ailleurs pas énorme et qui ne suffit pas vraiment à faire fonctionner ou démarrerune coopérative, ce qui est souvent le cas malheureusement dans ce secteur. »

Néanmoins, Coprosain est aujourd’hui une affaire rentable même si la situation n’a pas toujours été rose, des problèmes de gestion et de trésorerie ayantgrevé pour quelque temps le fonctionnement de la structure. « Nos bénéfices nets sont réinvestis pour améliorer la rentabilité de lacoopérative. Il n’est pas question de distribuer des dividendes puisque nous sommes en fonds propres négatifs », conclut le directeur.

Une histoire de fromages

Des difficultés financières, La fromagerie du gros chêne 2, située à Méan en Province de Namur, en a aussi eu son lot. Constituée ensociété coopérative à finalité sociale depuis 1996, elle peut pourtant compter depuis longtemps sur de fidèles coopérateurs, une cinquantaineaujourd’hui. Des coopérateurs qui, pour beaucoup, sont des sympathisants. Il faut dire que le profil de Daniel Cloots, le responsable de la coopérative, a de quoi susciter la sympathie,justement. « Je me suis installé à la campagne en 1977/1978 comme éleveur de chèvres, explique-t-il. J’étais dans la mouvance post-soixante-huitarde etje trouvais déjà qu’il était plus intéressant de coopérer que de se regarder en chiens de faïence. En Wallonie, le monde rural est trèsindividualiste », sourit-il.

Le temps passe, Daniel rencontre sa femme et décide d’abandonner l’élevage de chèvres pour développer, avec elle, une fromagerie dont les produits seront à basede lait acheté à différents producteurs. Mais les choses ne se passent pas bien. « Nous étions virtuellement en faillite, mais nous ne voulions pas laissertomber l’affaire, ni les éleveurs qui dépendaient de nous, explique Daniel Cloots. Nous étions les seuls à jouer le jeu d’intermédiaire prenant de petitesquantités, avec des prix supérieurs au prix du marché. » Décision est donc prise de se constituer en société coopérative àfinalité sociale. « Je rêvais d’une économie qui mette en avant l’aspect humain, qui réponde à des besoins locaux. Et, heureux hasard, c’est justementl’année où est passée la loi sur les SFS. Nous serions la première à avoir vu le jour », plaisante-t-il, tout en précisant que le statut ne leur aconféré aucun avantage par rapport à une société coopérative « traditionnelle ». « Il s’agit d’une conception. Il faut voirpourquoi on fait des bénéfices et dans quelles conditions », explique-t-il.

Aujourd’hui, la situation est meilleure, même si la coopérative a galéré jusqu’en 2007-2008. « Nous sommes en fonds propres positifs. Nous nous sommesprofessionnalisés et puis les temps ont changé », explique-t-il. La crise financière de 2008 est en effet passée par là. « Cette dateconstitue un tournant, explique Daniel Cloots. Ceux qui se sont f
ait avoir par le système financier ont peut-être envie de voir la vie autrement, de consommer autrement. C’est mocheà dire, mais nous sommes tendance maintenant. »

La fromagerie travaille avec huit producteurs laitiers de taille moyenne (beaucoup de petits producteurs ayant disparu), dont une coopérative. Ils ne sont pas tous coopérateurs, aucontraire des six membres du personnel. Les prix payés aux producteurs sont justes, comme pour Coprosain. Les coopérateurs des temps héroïques, quant à eux, sonttoujours là. Qu’ont-ils gagné  ? « Rien, sourit Daniel Cloots. Certains avaient dit qu’ils étaient des missionnaires. » Des missionnaires qui ont eu duflair puisqu’une nouvelle fromagerie est actuellement en construction. « Beaucoup de coopératives se sont cassé la figure, conclut Daniel Cloots. Un grand nombre ontété lancées par des gens qui étaient engagés politiquement, mais qui n’avaient pas le don d’être de bons gestionnaires. Et ils manquaient de moyens. Onpayait 100 francs pour une part de 2 000. Mais aujourd’hui, il existe des outils financiers, il y a eu une professionnalisation du concept de coopérative. »

1. Coprosain :
– adresse : Chemin des Peupliers 24, à 7800 Ath
– tél. : 068 26 93 80
– courriel  : info@coprosain.be
– site  : www.coprosain.be

2. Fromagerie du gros chêne :
– adresse : Gros Chêne 2, à 5372 Méan
– tél. : 086 32 27 63
info@groschene.be
– site  : www.groschene.be

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)