Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Relais Santé : de Liège à la Wallonie

Le Relais Santé de Liège1 sert d’exemple pour toute la Wallonie. La ministre de la Santé et de l’Action sociale, Christiane Vienne (PS)2 entenddévelopper ce projet dans six autres villes wallonnes d’ici 2009. Elle renforce par ailleurs l’effectif de Liège en y créant neuf emplois supplémentaires pour faire faceaux demandes en constante progression.

15-06-2007 Alter Échos n° 231

Le Relais Santé de Liège1 sert d’exemple pour toute la Wallonie. La ministre de la Santé et de l’Action sociale, Christiane Vienne (PS)2 entenddévelopper ce projet dans six autres villes wallonnes d’ici 2009. Elle renforce par ailleurs l’effectif de Liège en y créant neuf emplois supplémentaires pour faire faceaux demandes en constante progression.

Bien qu’en théorie, l’accès aux soins de santé soit rendu possible pour les populations précarisées, notamment via plusieurs dispositifs commel’aide médicale urgente ou le “Code 207” (pour les demandeurs d’asile), la complexité et la longueur des procédures administratives permettant d’yaccéder constituent un obstacle majeur. C’est à partir de ce constat que Médecins sans frontières a organisé un « accès aux soins »à Liège dès 1994. Et, c’est en mars 2004, à la suite d’un appel de MSF, qu’un Relais Santé est mis en place par le CPAS de Liège et reprend laconsultation de MSF.

Soutenu depuis 2005 par la Région wallonne avec des subsides ponctuels, le Relais Santé de Liège voit cette année son financement pérennisé jusqu’à2009. Sa tâche première est d’accueillir et d’entendre les demandes des personnes ayant des problèmes d’accès aux soins, même celles pour qui leCPAS n’est pas, a priori, compétent, on songe notamment aux illégaux. Ensuite, le Relais Santé se charge d’identifier la situation administrative du patient,d’interpeller l’institution compétente pour la prise en charge des frais médicaux, d’établir une fiche de liaison qui facilitera les démarches dupatient, d’orienter le patient vers le service social concerné et vers le réseau de médecine générale de première ligne. Le Relais Santés’efforce ainsi de donner priorité à la santé sur les démarches administratives, une option essentielle pour répondre aux besoins médicaux despersonnes en situation précaire.

Demandes en augmentation

L’accueil y est inconditionnel et multiculturel avec des permanences d’interprètes du Cripel. L’équipe est composée de 1 infirmière sociale, 4médecins, 5 agents administratifs, 1 psychologue détachée du service redynamisation. Le Relais Santé liégeois, intégré au sein du Relais Social deLiège, travaille en partenariat avec divers organismes psycho-médico-sociaux, et s’est doté d’un réseau de soins de première ligne adapté aupublic précarisé.

En 2006, le Relais Santé de Liège a reçu 2.338 personnes différentes, qui ont effectué 10.630 visites. Les statuts de ces personnes se répartissent commesuit : 221 demandeurs d’asile, 1.368 illégaux, 745 autochtones et 117 personnes sans abri. (À noter que les patients en illégalité de séjour présententun nombre important de visites dû aux mesures ministérielles qui exigent un certificat médical d’urgence pour chaque nouvel épisode de maladie.)

« On observe une augmentation de demandes d’autochtones en mal d’accès aux soins, constate Brigitte Lekien, coordinatrice du Relais Santé de Liège. Leursstatuts sont variés ; on dénombre des personnes aidées par le CPAS, des SDF sans ressources, des chômeurs, des pensionnés, des allocataires de la mutuelle. Ils sontorientés par le Relais Social ou par les assistantes sociales d’antennes, ou encore viennent spontanément. Leurs demandes sont diverses : soins médicaux, aidefinancière pour des soins médicaux, ordonnances, traitements de substitution. La réponse du Relais dépend de la demande et du statut de la personne quil’émet. Selon le cas, des conseils sont donnés, une ordonnance est rédigée, une aide financière urgente est octroyée, les patients sont orientésvers un généraliste et vers un service social. »

Perspectives

Le Relais Santé liégeois fait aujourd’hui office de projet pilote. Un autre devrait très bientôt voir le jour au sein du Relais Social de Charleroi. Chaque relaissocial devrait ainsi pouvoir mettre en place un relais santé d’ici 2009. À terme, ce sont donc sept relais santé qui seront mis en place (outre Liège et Charleroi,on compte également les villes de Mons, La Louvière, Verviers, Namur et l’axe Tournai-Mouscron), sachant que d’ici là, deux nouveaux relais sociaux serontégalement constitués.

« C’est en 2009, explique la ministre Vienne, qu’une évaluation globale des différents dispositifs mis en place, dans le respect des particularités propres auxterritoires couverts et aux différents publics, permettra d’affiner la réponse apportée et de pérenniser l’outil. »

Actuellement, la Région wallonne intervient à concurrence de 70.000 euros par relais santé par an, auxquels s’ajoutent des postes via des aides àl’emploi.

1. Relais Santé de Liège, CPAS, place St. Jacques, 13 à 4000 Liège – tél. : 04 220 58 97.
2. Cabinet de la ministre Vienne, rue des Brigades d’Irlande, 4 à 5100 Jambes – tél. : 081 32 3433

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)