Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Régularisation : des propositions mais pas de majorité pour les porter

Depuis octobre 2005, une centaine de sans-papiers se battent pour être régularisés. Ils occupent l’église Saint-Boniface à Ixelles et viennent de durcir lemouvement en entamant une grève de la faim. Même si le ministre de l’Intérieur reste sourd à leurs revendications, leur action structurée par l’Udep, l’Union dedéfense des sans-papiers1, un mouvement national créé et géré par des étrangers en situation irrégulière, aura au moins permisl’émergence de plusieurs propositions de loi.

10-03-2006 Alter Échos n° 204

Depuis octobre 2005, une centaine de sans-papiers se battent pour être régularisés. Ils occupent l'église Saint-Boniface à Ixelles et viennent de durcir lemouvement en entamant une grève de la faim. Même si le ministre de l'Intérieur reste sourd à leurs revendications, leur action structurée par l'Udep, l'Union dedéfense des sans-papiers1, un mouvement national créé et géré par des étrangers en situation irrégulière, aura au moins permisl'émergence de plusieurs propositions de loi.Changer les règles du jeu. C'est la philosophie essentielle des propositions de loi PS2, Ecolo-Udep3 et du CDH4 en matière de régularisation.L'objectif est moins de régulariser un maximum de personnes que de garantir un fonctionnement transparent de ce qui est aujourd'hui une compétence discrétionnaire du ministre del'Intérieur.C’est ce 20 février que PS et Ecolo déposaient chacun au Parlement, manifestement sans se concerter et le jour où le CDH organisait un colloque sur le sujet, uneproposition de loi visant à créer une commission permanente de régularisation. Les textes présentés par les trois partis francophones sont très proches. Ilsvisent des é...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)