Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Quatre structures au service de l'emploi et du développement durable

Si elles sont autant de structures indépendantes, les coopératives Soleil Vert1 et l’Amba2 ainsi que les asbl Cynorhodon3 et Racynes4,situées à Haccourt, partagent néanmoins de nombreuses choses : environ 50 % des membres de leur conseil d’administration, le bâtiment abritant leurs bureaux et, surtout,une politique tentant de concilier développement durable, solidarité, et création d’emploi.

12-12-2008 Alter Échos n° 264

Si elles sont autant de structures indépendantes, les coopératives Soleil Vert1 et l’Amba2 ainsi que les asbl Cynorhodon3 et Racynes4,situées à Haccourt, partagent néanmoins de nombreuses choses : environ 50 % des membres de leur conseil d’administration, le bâtiment abritant leurs bureaux et, surtout,une politique tentant de concilier développement durable, solidarité, et création d’emploi.

Ce 4 décembre 2008, le lancement d’une campagne commune de soutien aux projets solidaires et durables menés par Soleil Vert, Cynorhodon, Racynes et l’Amba est venu illustrer lasynergie existant entre ces quatre structures à l’histoire plus qu’entremêlée. «  C’est Cynorhodon qui, la première, a été créée en2002 », explique à ce sujet Alexandre Carlier, administrateur de la coopérative Soleil Vert et directeur de Racynes. Reconnue en tant qu’entreprise de formation par letravail (EFT), Cynorhodon propose des modules d’insertion socioprofessionnelle structurés autour d’activités en relation avec la nature et l’agriculture biologique. Cependant,très vite, la structure tente également de se lancer dans l’insertion sociale. « Une volonté rendue impossible par le décret relatif aux EFT, qui interdit cetype de démarche. Il a donc fallu créer une nouvelle structure, ce qui a été fait avec la mise en place de Racynes en 2004 », renchérit Alexandre Carlier.Racynes propose aujourd’hui à un public fragilisé, en manque de repères, des activités telles que le jardinage bio, la fabrication de nichoirs, l’entretien d’espacesnaturels, la participation à la gestion d’un troupeau de moutons ou encore le recensement d’animaux.

Néanmoins, le cycle créatif ne s’arrête pas là puisqu’en 2007, c’est Soleil Vert, active dans l’éco-construction, qui voit le jour sous l’impulsion d’AlexandreCarlier et de Francis Krauth, directeur de l’asbl Cynorhodon. « Nous sommes partis du constat que, si les activités relatives à la bio-diversité ou àl’agriculture bio étaient très positives, le secteur de l’éco-construction offrait, quant à lui, plus de possibilités en termes de création d’emploi. »Un constat judicieux [NDLR : le carnet de commande de Soleil Vert est, aux dires d’Alexandre Carlier, plein jusqu’en 2009] puisqu’à l’heure actuelle, Soleil Vert emploie quatre travailleurs« de terrain » et un travailleur administratif. Une sixième personne devrait venir compléter l’équipe à la fin de l’année. Seul bémol :l’activité « Tailleurs d’énergie », dont le but est de réaliser des petits travaux économiseurs d’énergie chez les particuliers (isolation destuyaux d’eau chaude, placement d’une petite citerne à eau de pluie), à l’image de ce qu’offrent certaines Idess, a dû être « transférée »chez Racynes faute de rendement. « Ce projet n’était pas gérable financièrement par Soleil Vert. En effet, la commission paritaire dont dépend cette structureprévoit des charges beaucoup trop lourdes à ce niveau. »

L’Amba, un organe de gestion partagée

À l’heure actuelle, les trois structures évoquées emploient, à elles seules, 18 personnes. Ainsi, en plus des six travailleurs potentiels de Soleil Vert (les cinqtravailleurs actuels et celui à engager), Cynorhodon offre de l’emploi à huit travailleurs et Racynes à quatre employés. Reste la Société coopérativeà finalité sociale, l’Amba, qui « tourne » avec une équipe de deux personnes, dont Francis Krauth qui y travaille à mi-temps. « Lafonction de l’Amba est de chapeauter l’ensemble des structures. C’est une sorte d’organe de gestion partagée », ajoute Alexandre Carlier. Un organe de gestion qui pourrait êtreamené à proposer de nouveaux projets. La campagne de soutien, qui a débuté ce 4 décembre par l’inauguration d’une roulotte-bar à soupe bio, mise sur piedspar l’asbl Racynes et qui se prolongera jusqu’au 1er mai 2009, les y aidera peut-être. Objectif de la campagne : mobiliser de nouvelles ressources pour faire face audéveloppement rapide des activités.

1. Soleil Vert :
– adresse : rue du moulin, 65 à 4684 Haccourt
– tél. : 04 374 16 10
– courriel : info@soleil-vert.be
– site : www.soleil-vert.be
2. L’Amba :
– adresse : rue du Moulin, 65 à 4684 Haccourt
– tél. : 04 374 01 90
– courriel : info@lamba.be
– site : www.lamba.be
3. Cynorhodon :
– adresse : rue Haute Froidmont, 4 à 4684 Haccourt
– tél. : 04 374 14 44
– courriel : cynorhodon@skynet.be
– site : www.cynorhodon.be
4. Racynes :
– adresse : rue Haute Froidmont, 4 à 4684 Haccourt (siège social)
– tél. : 04 374 14 44
– courriel : alexandrecarlier@hotmail.com
– site : www.racynes.be

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)