Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Vivre ensemble

Pens(i)onsQuartier, l’autre réseau social

Mis en place depuis 2013, Pens(i)onsQuartier se développe dans la capitale pour créer des réseaux de voisins dévoués à l’entraide, notamment auprès des seniors.

La «Pens(i)onsQuartier» a été lancée en novembre 2013 à Neder-Over-Heembeek (© KennisCentrum)

Mis en place depuis 2013, Pens(i)onsQuartier se développe dans la capitale pour créer des réseaux de voisins dévoués à l’entraide, notamment auprès des seniors.

«Il n’y a pas de permanence?», s’inquiète Dominique, en ne voyant pas Jean-Louis, le coordinateur d’une des quatre antennes du projet Pens(i)onsQuartier, celle installée rue Van Artevelde, en plein centre de Bruxelles. Depuis quatre mois, Dominique participe à cette initiative. Chaque jeudi, entre 14 et 16 heures, elle retrouve les autres bénévoles. «C’est l’occasion de se connaître dans le quartier, mais surtout de pouvoir aider les personnes seules qui ont besoin d’aide ou de compagnie», explique-t-elle. «Avec l’âge, je me rends compte que, tôt ou tard, j’aurai aussi besoin d’un coup de main d’un voisin, ne serait-ce que pour m’aider pour mon ordinateur», poursuit-elle.

C’est tout l’objectif de Pens(i)onsQuartier qui met en contact des personnes seules, âgées ou handicapées, ayant besoin d’un coup de main pour une course, un trajet ou encore un peu de réconfort, avec des personnes qui souhaitent aider les habitants de leur quartier.
«Avec l’âge, je me rends compte que, tôt ou tard, j’aurai aussi besoin d’un coup de main d’un voisin, ne serait-ce que pour m’aider pour mon ordinateur.» Dominique, bénévole
«Les participants s’engagent à se soutenir mutuellement, sur une base de réciprocité: quelqu’un qui demande ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Mis en place depuis 2013, Pens(i)onsQuartier se développe dans la capitale pour créer des réseaux de voisins dévoués à l’entraide, notamment auprès des seniors.

«Il n’y a pas de permanence?», s’inquiète Dominique, en ne voyant pas Jean-Louis, le coordinateur d’une des quatre antennes du projet Pens(i)onsQuartier, celle installée rue Van Artevelde, en plein centre de Bruxelles. Depuis quatre mois, Dominique participe à cette initiative. Chaque jeudi, entre 14 et 16 heures, elle retrouve les autres bénévoles. «C’est l’occasion de se connaître dans le quartier, mais surtout de pouvoir aider les personnes seules qui ont besoin d’aide ou de compagnie», explique-t-elle. «Avec l’âge, je me rends compte que, tôt ou tard, j’aurai aussi besoin d’un coup de main d’un voisin, ne serait-ce que pour m’aider pour mon ordinateur», poursuit-elle.

C’est tout l’objectif de Pens(i)onsQuartier qui met en contact des personnes seules, âgées ou handicapées, ayant besoin d’un coup de main pour une course, un trajet ou encore un peu de réconfort, avec des personnes qui souhaitent aider les habitants de leur quartier.
«Avec l’âge, je me rends compte que, tôt ou tard, j’aurai aussi besoin d’un coup de main d’un voisin, ne serait-ce que pour m’aider pour mon ordinateur.» Dominique, bénévole
«Les participants s’engagent à se soutenir mutuellement, sur une base de réciprocité: quelqu’un qui demande ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Mis en place depuis 2013, Pens(i)onsQuartier se développe dans la capitale pour créer des réseaux de voisins dévoués à l’entraide, notamment auprès des seniors.

«Il n’y a pas de permanence?», s’inquiète Dominique, en ne voyant pas Jean-Louis, le coordinateur d’une des quatre antennes du projet Pens(i)onsQuartier, celle installée rue Van Artevelde, en plein centre de Bruxelles. Depuis quatre mois, Dominique participe à cette initiative. Chaque jeudi, entre 14 et 16 heures, elle retrouve les autres bénévoles. «C’est l’occasion de se connaître dans le quartier, mais surtout de pouvoir aider les personnes seules qui ont besoin d’aide ou de compagnie», explique-t-elle. «Avec l’âge, je me rends compte que, tôt ou tard, j’aurai aussi besoin d’un coup de main d’un voisin, ne serait-ce que pour m’aider pour mon ordinateur», poursuit-elle.

C’est tout l’objectif de Pens(i)onsQuartier qui met en contact des personnes seules, âgées ou handicapées, ayant besoin d’un coup de main pour une course, un trajet ou encore un peu de réconfort, avec des personnes qui souhaitent aider les habitants de leur quartier.
«Avec l’âge, je me rends compte que, tôt ou tard, j’aurai aussi besoin d’un coup de main d’un voisin, ne serait-ce que pour m’aider pour mon ordinateur.» Dominique, bénévole
«Les participants s’engagent à se soutenir mutuellement, sur une base de réciprocité: quelqu’un qui demande ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)