Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Maisons d’accueil : pas facile d’y entrer, difficile d’en sortir

Les maisons d’accueil hébergent pour quelques mois des personnes sans abri ou mal logées en vue de faciliter leur réinsertion. Depuis que Housing First a débarqué en trombe en Belgique avec son leitmotiv «le logement d’abord», ces dispositifs font-ils encore le poids? Tour d’horizon de leurs forces et de leurs limites.

© Fanny Monier

Les maisons d’accueil hébergent pour quelques mois des personnes sans abri ou mal logées en vue de faciliter leur réinsertion. Depuis que Housing First a débarqué en trombe en Belgique avec son leitmotiv «le logement d’abord», ces dispositifs font-ils encore le poids? Tour d’horizon de leurs forces et de leurs limites.

Le modèle «Housing First», importé d’Amérique du Nord (lire «Housing First, vers la fin du sans-abrisme?», AÉ n°423, mai 2016), est aujourd’hui omniprésent dans les déclarations gouvernementales. Avec son postulat «le logement d’abord» (il faut avant tout fournir un logement aux personnes sans abri pour ensuite améliorer leur situation globale), il se présente comme un renversement du modèle de prise en charge des personnes sans abri et tend à reléguer aux oubliettes le modèle dit «en escalier», qui invite les personnes en rue à passer par l’hébergement d’urgence puis par une maison d’accueil avant de pouvoir accéder à un logement. «Puisque Housing First est efficace avec un public extrêmement fragilisé (plusieurs années de vie en rue, problèmes de santé mentale et/ou d’addictions), il devrait l’être pour tout le monde», défendent les partisans du projet.

S’arrêter là serait oublier que nombre d’acteurs – parmi lesquels des maisons d’accueil – travaillaient déjà depuis plusieurs années avec une approche «centrée logement». «Housing First a ajouté une raison...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice Focales, journaliste (social, santé, logement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)