Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

Lignes d’écoute : entre crises suicidaire et sanitaire

La crise sanitaire a entraîné une hausse des appels sur la ligne d’écoute du Centre de prévention du suicide, avec un rebond significatif depuis le début de la deuxième vague. Côté wallon, une ligne d’écoute a été mise en place à destination des indépendants, particulièrement fragilisés et isolés.

© Kathleen de Meeûs

«Le suicide fait partie de mon histoire. C’est pour cette raison que je suis devenue bénévole», raconte Marie (prénom d’emprunt), 50 ans, écoutante au 0800 32 123, la ligne d’écoute du Centre de prévention du suicide. Elle y pratique l’écoute active, une méthode d’écoute spécifique basée sur la compréhension empathique, le respect chaleureux et la mise en avant des ressources de l’appelant. Ici, pas question de faire la morale, d’exhorter au courage ou de relativiser la souffrance de la personne, en lui assurant que «ça va aller» ou qu’«il y a pire» – ces petites phrases terribles qui n’ont jamais remonté le moral de personne. «Beaucoup d’appelants nous remercient au contraire d’avoir ‘marché dans la boue’ avec eux, d’avoir accepté d’entendre réellement leur souffrance.»

Dès le début de la crise sanitaire, Marie, qui a commencé son bénévolat il y a un peu plus d’un an, a anticipé une augmentation de la détresse parmi les appelants. L’isolement, la suspension des suivis médicaux et psychologiques, la peur du virus comme de ses conséquences socio-économiques laissaient présager le pire en termes de santé mentale. L’histoire n’a pas démenti. En juillet, 8,47% des appels au Centre de prévention du suicide mentionnaient directement le Covid-19. Ce chiffre a baissé en août (6,7%) et en septembre (5,5%) pour mieux remonter en octobre, au moment de la deuxième vague, avec près de 10...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

«Le suicide fait partie de mon histoire. C’est pour cette raison que je suis devenue bénévole», raconte Marie (prénom d’emprunt), 50 ans, écoutante au 0800 32 123, la ligne d’écoute du Centre de prévention du suicide. Elle y pratique l’écoute active, une méthode d’écoute spécifique basée sur la compréhension empathique, le respect chaleureux et la mise en avant des ressources de l’appelant. Ici, pas question de faire la morale, d’exhorter au courage ou de relativiser la souffrance de la personne, en lui assurant que «ça va aller» ou qu’«il y a pire» – ces petites phrases terribles qui n’ont jamais remonté le moral de personne. «Beaucoup d’appelants nous remercient au contraire d’avoir ‘marché dans la boue’ avec eux, d’avoir accepté d’entendre réellement leur souffrance.»

Dès le début de la crise sanitaire, Marie, qui a commencé son bénévolat il y a un peu plus d’un an, a anticipé une augmentation de la détresse parmi les appelants. L’isolement, la suspension des suivis médicaux et psychologiques, la peur du virus comme de ses conséquences socio-économiques laissaient présager le pire en termes de santé mentale. L’histoire n’a pas démenti. En juillet, 8,47% des appels au Centre de prévention du suicide mentionnaient directement le Covid-19. Ce chiffre a baissé en août (6,7%) et en septembre (5,5%) pour mieux remonter en octobre, au moment de la deuxième vague, avec près de 10...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julie Luong

Julie Luong

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)