Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Emploi/formation

Les étudiants stagiaires dans l‘incertitude

La crise du coronavirus a rendu la vie de nombreux étudiants dans le domaine de la santé bien compliquée. Entre ceux qui ont vu leur stage annulé par les établissements hospitaliers et les autres qui sont obligés de s’y rendre sous peine de ne pas obtenir leur diplôme, le futur des étudiants est incertain. À cela se rajoutent le manque de matériel et le risque de devenir un vecteur supplémentaire de transmission du virus.

La crise du coronavirus a rendu la vie de nombreux étudiants dans le domaine de la santé bien compliquée. Entre ceux qui ont vu leur stage annulé par les établissements hospitaliers et les autres qui sont obligés de s’y rendre sous peine de ne pas obtenir leur diplôme, le futur des étudiants est incertain. À cela se rajoutent le manque de matériel et le risque de devenir un vecteur supplémentaire de transmission du virus.

Ilona Lybeer a, après une interruption depuis le début du confinement, repris la route de son stage. «Je suis en année diplômante et il me manque 100 heures de stage. Je retourne à mon stage, je n’ai pas le choix», explique la future infirmière. Durant leurs quatre années d’études, les étudiants infirmiers doivent effectuer un quota de 2.300 heures. De nombreux stages ont été interrompus à l’annonce du confinement, mais ils reprennent depuis la fin du mois avril, sur décision de la ministre. Le 7 avril dernier, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté un certain nombre de mesures visant à réguler la fin d’année des étudiants. Il est permis à l’étudiant de reporter son stage sur le troisième quadrimestre, prolongé. En ce qui concerne les stages pour les professions réglementées (médecins et infirmiers), la Commission européenne a transmis des signaux qui laissent présager du maintien strict des normes en vigueur. Il est conseillé aux étab...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Emilie Gline

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)