Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Logement

Le réveil des néo-paysans bruxellois

L’agriculture suscite des vocations alors qu’elle ne cesse de détruire des emplois. À Anderlecht, le projet BoerenBruxselPaysans a l’ambition de produire une alimentation locale, saine et durable pour tous les Bruxellois.

©Thomas Vercruysse

L’agriculture suscite des vocations alors qu’elle ne cesse de détruire des emplois. À Anderlecht, le projet BoerenBruxselPaysans a l’ambition de produire une alimentation locale, saine et durable pour tous les Bruxellois.Article publié dans Alter Échos n°424-425, 13 juin 2016.C’est un petit écrin vert, qui fait respirer Anderlecht. Là-bas, aux confins de la capitale, l’urbanisation paraît une lointaine insulte. Les rares maisons sont d’anciennes fermes. Les vaches broutent, paisiblement, au milieu d’une prairie fauchée. Et pourtant, entre l’extension de l’hôpital Érasme, les ambitions du parc économique régional et la perspective d’un nouveau quartier résidentiel, les vallées du Neerpede et du Vogelzang font de la résistance. Ces espaces verts, situés à l’ouest et au sud-ouest d’Anderlecht, sont les dernières reliques d’un paysage typique du Pajottenland. Deux lopins de terres rurales qui, fragilement rattachés à Bruxelles, narguent les buildings voisins.«Certains promoteurs lorgnent plusieurs de ces terrains. Il était donc urgent d’aborder la question de la pérennisation de cette zone via un statut particulier», explique Gaëtan Van Goidsenhoven (MR), échevin de l’Urbanisme d’Anderlecht. Depuis des années, l’homme en a fait un de ses principaux chevaux de bataille. En 1995, 25 hectares du Vogelzang ont été classés, dont 13 qui ont été agréés comme réserve naturelle. Depuis peu,...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

L’agriculture suscite des vocations alors qu’elle ne cesse de détruire des emplois. À Anderlecht, le projet BoerenBruxselPaysans a l’ambition de produire une alimentation locale, saine et durable pour tous les Bruxellois.Article publié dans Alter Échos n°424-425, 13 juin 2016.C’est un petit écrin vert, qui fait respirer Anderlecht. Là-bas, aux confins de la capitale, l’urbanisation paraît une lointaine insulte. Les rares maisons sont d’anciennes fermes. Les vaches broutent, paisiblement, au milieu d’une prairie fauchée. Et pourtant, entre l’extension de l’hôpital Érasme, les ambitions du parc économique régional et la perspective d’un nouveau quartier résidentiel, les vallées du Neerpede et du Vogelzang font de la résistance. Ces espaces verts, situés à l’ouest et au sud-ouest d’Anderlecht, sont les dernières reliques d’un paysage typique du Pajottenland. Deux lopins de terres rurales qui, fragilement rattachés à Bruxelles, narguent les buildings voisins.«Certains promoteurs lorgnent plusieurs de ces terrains. Il était donc urgent d’aborder la question de la pérennisation de cette zone via un statut particulier», explique Gaëtan Van Goidsenhoven (MR), échevin de l’Urbanisme d’Anderlecht. Depuis des années, l’homme en a fait un de ses principaux chevaux de bataille. En 1995, 25 hectares du Vogelzang ont été classés, dont 13 qui ont été agréés comme réserve naturelle. Depuis peu,...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

L’agriculture suscite des vocations alors qu’elle ne cesse de détruire des emplois. À Anderlecht, le projet BoerenBruxselPaysans a l’ambition de produire une alimentation locale, saine et durable pour tous les Bruxellois.Article publié dans Alter Échos n°424-425, 13 juin 2016.C’est un petit écrin vert, qui fait respirer Anderlecht. Là-bas, aux confins de la capitale, l’urbanisation paraît une lointaine insulte. Les rares maisons sont d’anciennes fermes. Les vaches broutent, paisiblement, au milieu d’une prairie fauchée. Et pourtant, entre l’extension de l’hôpital Érasme, les ambitions du parc économique régional et la perspective d’un nouveau quartier résidentiel, les vallées du Neerpede et du Vogelzang font de la résistance. Ces espaces verts, situés à l’ouest et au sud-ouest d’Anderlecht, sont les dernières reliques d’un paysage typique du Pajottenland. Deux lopins de terres rurales qui, fragilement rattachés à Bruxelles, narguent les buildings voisins.«Certains promoteurs lorgnent plusieurs de ces terrains. Il était donc urgent d’aborder la question de la pérennisation de cette zone via un statut particulier», explique Gaëtan Van Goidsenhoven (MR), échevin de l’Urbanisme d’Anderlecht. Depuis des années, l’homme en a fait un de ses principaux chevaux de bataille. En 1995, 25 hectares du Vogelzang ont été classés, dont 13 qui ont été agréés comme réserve naturelle. Depuis peu,...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Rafal Naczyk

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)