Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Le projet "Kangourou" d'accueil de mamans toxicomanes avec enfants, menacé faute de subsides"

03-12-2001 Alter Échos n° 110

Difficile pour une maman toxicomane célibataire de commencer une thérapie tout en gardant ses enfants. Dans la plupart des cas, ceux-ci sont placés provisoirement ou la mamanrenonce à sa thérapie. Des solutions loins d'être idéales… D'où l'idée de l'asbl Trempoline1, spécialisée en thérapie etprévention de la toxicomanie et installée à Châtelet, de sortir les mamans de leur clandestinité en intégrant un endroit qui prend en considération lefait qu'elles souffrent d'un problème de toxicomanie tout en étant mères. Les mamans peuvent ainsi suivre leur thérapie en journée au sein d'une des trois phases duprogramme résidentiel de Trempoline et participer aux activités proposées aux autres résidents. Le reste du temps, c'est-à-dire les soirées, les week-end,les nuits et les jours fériés, elles retrouvent leur progéniture dans un bâtiment réservé à "Kangourou" pour leur permettre de développer leursrelations éducatives. En journée, les enfants vont à l'école ou à la crèche.À l'heure actuelle, trois mamans et trois enfants se trouvent à "Kangourou". Ces trois m&egrav...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)