Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Le 6 novembre dernier, les représentants de plusieurs villes européennes[1] se sont réunis lors d’une conférence au Parlement européen organisée par Barcelona en Comú, parti espagnol créé à la suite de la fusion de partis radicaux de gauche écologistes, l’ONG Corporate Europe Observatory (CEO) et le think tank progressiste Transnational Institute (TNI). Plusieurs municipalités à travers l’Europe tentent d’introduire une participation citoyenne plus légitime au sein de leurs organes de décisions politiques, économiques et administratives. Ces rassemblements municipalistes sont, de toute évidence, les premiers pas vers un municipalisme à grande échelle.

«Le municipalisme n’est pas une notion très populaire pour l’instant, mais elle se diffuse toujours plus au sein des mouvements sociaux qui cherchent une voie de sortie pour accélérer la transition écologique, favoriser les innovations sociales et rendre possible une réappropriation citoyenne des institutions démocratiques.» À en croire Jonathan Durand Folco, auteur de À nous la ville! Traité de municipalisme[2] et professeur à l’École d’innovation sociale de l’Université Saint-Paul d’Ottawa, le système politique s’épuise. Aux quatre coins du globe, et plus particulièrement dans les grandes villes occidentales, les plateformes citoyennes, plusieurs partis d’opposition mais aussi quelques représentants en fonction sont unanimes....

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Le 6 novembre dernier, les représentants de plusieurs villes européennes[1] se sont réunis lors d’une conférence au Parlement européen organisée par Barcelona en Comú, parti espagnol créé à la suite de la fusion de partis radicaux de gauche écologistes, l’ONG Corporate Europe Observatory (CEO) et le think tank progressiste Transnational Institute (TNI). Plusieurs municipalités à travers l’Europe tentent d’introduire une participation citoyenne plus légitime au sein de leurs organes de décisions politiques, économiques et administratives. Ces rassemblements municipalistes sont, de toute évidence, les premiers pas vers un municipalisme à grande échelle.

«Le municipalisme n’est pas une notion très populaire pour l’instant, mais elle se diffuse toujours plus au sein des mouvements sociaux qui cherchent une voie de sortie pour accélérer la transition écologique, favoriser les innovations sociales et rendre possible une réappropriation citoyenne des institutions démocratiques.» À en croire Jonathan Durand Folco, auteur de À nous la ville! Traité de municipalisme[2] et professeur à l’École d’innovation sociale de l’Université Saint-Paul d’Ottawa, le système politique s’épuise. Aux quatre coins du globe, et plus particulièrement dans les grandes villes occidentales, les plateformes citoyennes, plusieurs partis d’opposition mais aussi quelques représentants en fonction sont unanimes....

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Le 6 novembre dernier, les représentants de plusieurs villes européennes[1] se sont réunis lors d’une conférence au Parlement européen organisée par Barcelona en Comú, parti espagnol créé à la suite de la fusion de partis radicaux de gauche écologistes, l’ONG Corporate Europe Observatory (CEO) et le think tank progressiste Transnational Institute (TNI). Plusieurs municipalités à travers l’Europe tentent d’introduire une participation citoyenne plus légitime au sein de leurs organes de décisions politiques, économiques et administratives. Ces rassemblements municipalistes sont, de toute évidence, les premiers pas vers un municipalisme à grande échelle.

«Le municipalisme n’est pas une notion très populaire pour l’instant, mais elle se diffuse toujours plus au sein des mouvements sociaux qui cherchent une voie de sortie pour accélérer la transition écologique, favoriser les innovations sociales et rendre possible une réappropriation citoyenne des institutions démocratiques.» À en croire Jonathan Durand Folco, auteur de À nous la ville! Traité de municipalisme[2] et professeur à l’École d’innovation sociale de l’Université Saint-Paul d’Ottawa, le système politique s’épuise. Aux quatre coins du globe, et plus particulièrement dans les grandes villes occidentales, les plateformes citoyennes, plusieurs partis d’opposition mais aussi quelques représentants en fonction sont unanimes....

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Antoine Irrien

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)