Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Enseignement

Le futur à l’école

Lancée en mars dernier par la Région wallonne, l’opération «Les métiers vont à l’école» prend son envol dans la province de Hainaut et s’étendra à terme à toute la Wallonie. Via des ateliers interactifs, cette campagne veut informer les élèves du secondaire sur les métiers d’avenir et les réalités du marché de l’emploi.
>>> Vous désirez lire notre revue ? Envoyez un mail avec «AE 431 + adresse » à mmx@alter.be

Infirmière, un métier sous baxter qui réclame de nouveaux candidats. (c) Futur_CC_Canada.-Department-of-Manpower-and-Immigration.-Library-and-Archives-Canada-768x940

Lancée en mars dernier par la Région wallonne, l’opération «Les métiers vont à l’école» prend son envol dans la province de Hainaut et s’étendra à terme à toute la Wallonie. Via des ateliers interactifs, cette campagne veut informer les élèves du secondaire sur les métiers d’avenir et les réalités du marché de l’emploi.

Électricien, menuisier de chantier, styliste, médecin, informaticien... Ces «métiers d’avenir» recensés par le Service public de l’emploi et de la formation en Wallonie (Forem) sont présentés aux élèves de 4e, 5e et 6e année de l’enseignement secondaire général, technique et professionnel par des conseillers qui animent des ateliers dans les écoles. Les séances d’information, qui durent un peu plus d’une heure et demie, réunissent généralement des groupes d’environ 25 élèves et prennent la forme de questionnaires, de présentations ou encore de débats. Afin de préparer les élèves, il leur est aussi demandé de réfléchir par eux-mêmes à leur avenir, une démarche baptisée «phase d’introspection». Si un élève évoque le souhait d’être infirmier, les conseillers vont développer les multiples possibilités de cette fonction.

«Les choix des jeunes durant et après leur scolarité sont fréquemment influencés par une représentation erronée des métiers. Cette méconnaissance des métiers rend l’entrée des jeunes sur le marché du travail plus difficile et entraîne pour eux ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Nastassja Rankovic

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)