Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

La papote au service de la cohésion sociale

Le groupe d’échange de savoirs « Espace Papot’Thé » à Liège figure dans le top cinq des 37 projets primés par le prix Fonds DelhaizeGroup destiné à booster la convivialité dans les quartiers.

31-01-2010 Alter Échos n° 288

Le groupe d’échange de savoirs « Espace Papot’Thé » de l’asbl L’Éclat de rire1 à Liège figure dans le top cinq des37 projets primés du prix Fonds Delhaize Group2 destiné à favoriser la cohésion sociale dans les communautés locales.

« Avec 5 000 euros, nous pouvons faire davantage de publicité dans le quartier pour le groupe d’échange de savoirs Espace Papot’Thé, et investir dans dumatériel pour les activités – par exemple du tricot, henné, peinture…, mais les portes sont ouvertes aux propositions des participantes », dit en souriantFabienne Laterza, coordinatrice de l’asbl L’Éclat de rire. L’association liégeoise installée rue Xhovémont à Sainte-Walburge, agrééecomme service d’insertion sociale (SIS) par la Région wallonne, a reçu un chèque de 5 000 euros du Fonds Delhaize Group pour son activité EspacePapot’Thé.

Le Fonds encourage les initiatives locales favorisant la cohésion sociale. Cette année, 165 associations belges et luxembourgeoises ont posé leur candidature. « Pour laBelgique, 37 projets retenus se partagent 173 455 euros – Papot’Thé figurant dans le top des “cinq projets exemplaires” », explique Catherine Alexandre, du serviceCommunication du groupe mondial Delhaize. Quelque 10 à 15 femmes de 35 à 65 ans – « bientôt 20 », escompte Fabienne Laterza – fréquententPapot’Thé pour… papoter et échanger leurs savoirs. Un lieu d’échange, où des habitants qui ne se connaissent pas toujours peuvent venir apprendre denouvelles choses, à condition d’être prêts à transmettre eux-mêmes certaines compétences aux autres.

L’originalité du projet ? La volonté de faire se rencontrer des populations que tout oppose dans un même quartier. Ce quartier de 15 000 habitants compte 20 %d’habitants d’origine étrangère – dont la moitié hors Union européenne – et se caractérise par une mixité socio-économiqueforte : « Il y a, décrit la coordinatrice, des logements sociaux sur la place Seeliger et le boulevard des Hauteurs, et des maisons bourgeoises rues de Campine, Auguste Donnay…Les gens se parlent peu hors des structures sociales par crainte des autres. La langue, le port du voile… sont une barrière. »

Papot’Thé s’adresse à un public plus large que celui participant aux autres activités de l’Éclat de Rire, telles que l’alphabétisation etl’école de devoirs fréquentées par quelque 150 familles dont 80  % d’origine étrangère. Parmi celles-ci, 15 femmes ne parlent pas un mot defrançais : « Le but de l’échange de savoirs Papot’Thé, poursuit Fabienne Laterza, est que d’autres personnes que celles en demande d’apprentissagede la langue française ou d’enfants en échec scolaire franchissent la porte de l’association, pour un échange entre cultures différentes et entre publics aiséet en insertion sociale. »

Se rencontrer hors structure

Fabienne Laterza se réjouit que « depuis le lancement du projet, des dames belges, qui ne trouvaient auparavant pas d’activité à L’Éclat de Rire,viennent ici et depuis lors disent bonjour à leurs voisines étrangères, ont envie de les connaître en tant que femme et femme d’origine étrangère». Un petit groupe de gym s’est par ailleurs développé parallèlement à Papot’Thé : « Le but, in fine, insiste la coordinatrice del’Éclat de Rire, est de booster le tissu social hors de la structure de l’association. »

L’enseigne Delhaize fondée il y a 142 ans à Charleroi s’étend aujourd’hui dans six pays répartis sur trois continents. Avec ses 2 700 magasinsemployant 140 000 personnes, l’intérêt du groupe mondial pour un projet de proximité favorisant la cohésion sociale peut, a priori, paraîtreétonnante… « Les clients viennent bien sûr pour les achats, répond Catherine Alexandre, du service communication du groupe Delhaize. En même temps, ils parlentaux caissières, aux autres clients. La proximité se retrouve ainsi dans le travail quotidien du personnel, car les magasins sont des lieux de rencontre. »

Le prix Fonds Delhaize Group a été lancé il y a deux ans. En 2008, il a primé uniquement des projets belges, la gestion étant assurée par la Fondation RoiBaudouin. Cette année, il s’est étendu au Luxembourg, et l’an prochain « il concernera un troisième pays, confie Catherine Alexandre – probablement dansles pays de l’Est ». L’appel à projets pour la Belgique sera lancé en mars.

1. L’Éclat de Rire :
– adresse : rue Xhovémont, 172 à 4000 Liège
– tél. : 04 224 09 34
– courriel : eclatderire@skynet.be
2. Fonds Delhaize Group : fonds d’entreprise de Delhaize géré en Belgique par la Fondation Roi Baudouin (www.kbs-frb.be/fund.aspx?id=226522&LangType=2060) pour encourager la cohésion sociale locale.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)