Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Logement

Habitats alternatifs pour seniors : projets d’avenir ou de niche ?

Depuis les années septante fleurissent çà et là des projets alternatifs d’habitat qui poursuivent une aspiration: «Bien vieillir ensemble». À l’heure où le vieillissement de la population devient un enjeu crucial, notamment en termes de logement, ces projets «différents» sont-ils une piste dans laquelle s’engouffrer? Ou demeurent-ils l’apanage d’une classe de privilégiés?

©CC/Georgie Pauwels.jpg

Depuis les années septante fleurissent çà et là des projets alternatifs d’habitat qui poursuivent une aspiration: «Bien vieillir ensemble». À l’heure où le vieillissement de la population devient un enjeu crucial, notamment en termes de logement, ces projets «différents» sont-ils une vraie alternative ou demeurent-ils l’apanage d’une classe de privilégiés?Article publié le 14 octobre 2015, Alter Echos, n°411Le manque de lits en maisons de repos dans les prochaines années sera criant. Gérer l’hébergement des personnes âgées sera sans aucun doute l’un des enjeux de cette législature. Si le nombre de lits en institutions devra augmenter, le soutien des aînés à domicile semble être la priorité des nouveaux gouvernements. À côté de cela, que ce soit du côté wallon ou à Bruxelles, «les nouvelles formes d’habiter» seront encouragées. C’est en tout cas ce que nous promettent les déclarations de politique régionale (Région wallonne, Région de Bruxelles et Cocom).Maisons communautaires, habitats kangourous, solidaires... les formes de ces logements sont variées, mais elles restent à la marge. La maison de repos demeure le modèle auquel on se réfère et l’offre principale. «Le public qui vient nous voir, c’est pour se renseigner sur ce type de structures», confirme Marie-Pierre Delcour, directrice de l’association Inforhome Bruxelles, qui conseille, de façon personnalisée, les personnes âg...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Depuis les années septante fleurissent çà et là des projets alternatifs d’habitat qui poursuivent une aspiration: «Bien vieillir ensemble». À l’heure où le vieillissement de la population devient un enjeu crucial, notamment en termes de logement, ces projets «différents» sont-ils une vraie alternative ou demeurent-ils l’apanage d’une classe de privilégiés?Article publié le 14 octobre 2015, Alter Echos, n°411Le manque de lits en maisons de repos dans les prochaines années sera criant. Gérer l’hébergement des personnes âgées sera sans aucun doute l’un des enjeux de cette législature. Si le nombre de lits en institutions devra augmenter, le soutien des aînés à domicile semble être la priorité des nouveaux gouvernements. À côté de cela, que ce soit du côté wallon ou à Bruxelles, «les nouvelles formes d’habiter» seront encouragées. C’est en tout cas ce que nous promettent les déclarations de politique régionale (Région wallonne, Région de Bruxelles et Cocom).Maisons communautaires, habitats kangourous, solidaires... les formes de ces logements sont variées, mais elles restent à la marge. La maison de repos demeure le modèle auquel on se réfère et l’offre principale. «Le public qui vient nous voir, c’est pour se renseigner sur ce type de structures», confirme Marie-Pierre Delcour, directrice de l’association Inforhome Bruxelles, qui conseille, de façon personnalisée, les personnes âg...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Depuis les années septante fleurissent çà et là des projets alternatifs d’habitat qui poursuivent une aspiration: «Bien vieillir ensemble». À l’heure où le vieillissement de la population devient un enjeu crucial, notamment en termes de logement, ces projets «différents» sont-ils une vraie alternative ou demeurent-ils l’apanage d’une classe de privilégiés?Article publié le 14 octobre 2015, Alter Echos, n°411Le manque de lits en maisons de repos dans les prochaines années sera criant. Gérer l’hébergement des personnes âgées sera sans aucun doute l’un des enjeux de cette législature. Si le nombre de lits en institutions devra augmenter, le soutien des aînés à domicile semble être la priorité des nouveaux gouvernements. À côté de cela, que ce soit du côté wallon ou à Bruxelles, «les nouvelles formes d’habiter» seront encouragées. C’est en tout cas ce que nous promettent les déclarations de politique régionale (Région wallonne, Région de Bruxelles et Cocom).Maisons communautaires, habitats kangourous, solidaires... les formes de ces logements sont variées, mais elles restent à la marge. La maison de repos demeure le modèle auquel on se réfère et l’offre principale. «Le public qui vient nous voir, c’est pour se renseigner sur ce type de structures», confirme Marie-Pierre Delcour, directrice de l’association Inforhome Bruxelles, qui conseille, de façon personnalisée, les personnes âg...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)