Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

L'image

Défilé de « servantes écarlates » à Buenos Aires pour le droit à l’avortement.

Activists in favour of the legalization of abortion disguised as characters from Canadian author Margaret Atwood's feminist dystopian novel "The Handmaid's Tale", perform at the "Parque de la Memoria" (Remembrance Park) in Buenos Aires, on August 5, 2018. Argentina's Senate on August 1 approved the text of a bill to legalize abortion that will be put to a vote on August 8. As approved by Congress' lower house on June 14, the bill sent to the Senate legalizes abortion during the first 14 weeks of pregnancy and provides for conscientious objection for practitioners, but not for a hospitals. / AFP PHOTO / ALEJANDRO PAGNI

Buenos Aires en Argentine, le 5 août 2018. Des « servantes
écarlates » défilent à trois jours d’un vote décisif pour le droit à
l’avortement. Leur costume est inspiré par le roman de science fiction
de Margaret Atwood, qui décrit un monde où les femmes sont
cantonnées au rôle de reproductrices. Malgré l’immense mobilisation,
le Sénat a refusé le 9 août 2018 d’entériner le vote historique de la
Chambre, brisant le rêve de nombreuses femmes de voir l’Argentine
devenir le quatrième pays d’Amérique latine à autoriser l’avortement.
En Argentine, les femmes qui ont recours à l’IVG risquent une peine de
quatre ans d’emprisonnement, excepté les victimes de viol et les femmes
dont la grossesse peut mettre leur vie en danger.
En Belgique aussi, la société civile se mobilise toujours sur cette
question. Le projet de loi sur la sortie du Code pénal présenté début
juillet par une coalition des partis de la majorité n’a pas retenu les
propositions qui allaient dans le sens d’une amélioration des conditions
d’accès correspondant aux vécus des femmes. Le texte est un « copié collé
de la loi actuelle » qui continue de « criminaliser les femmes »,
dénonce le Collectif des 350, qui a organisé le 9 septembre « une marche
pour le droit de décider ».

Photo : AFP PHOTO / ALEJANDRO PAGNI

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)