Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Formation

CISP : six ans pour un décret et un arrêté

Ça y est. Après six années de tractations, de manifestations et de négociations avec deux ministres – André Antoine (CDH) puis Éliane Tillieux (PS) –, le secteur des EFT/OISP – on dit aujourd’hui CISP, pour centre d’insertion socioprofessionnelle – tient enfin son décret et son arrêté, entrés en vigueur depuis le 1er janvier 2017. L’occasion de faire le point avec Eric Mikolajczak, secrétaire général de l’Interfédé CISP.

Ça y est. Après six années de tractations, de manifestations et de négociations avec deux ministres – André Antoine (CDH) puis Éliane Tillieux (PS) –, le secteur des EFT/OISP – on dit aujourd’hui CISP, pour centres d’insertion socioprofessionnelle – tient enfin son décret et son arrêté, entrés en vigueur depuis le 1er janvier 2017. L’occasion de faire le point avec Eric Mikolajczak, secrétaire général de l’Interfédé CISP.

Alter Échos: Six ans, c’est long, presque un record. Vous êtes soulagé?

Eric Mikolajczak: Oh oui. On a commencé à négocier avec André Antoine en 2011, c’est long effectivement. Mais on avait déjà connu ça avec le décret EFT/OISP de 2004, que nous avions commencé à négocier en 1999 et qui était entré en application en 2008...

AÉ: Il n’y a donc eu que trois ans de répit entre les deux textes.

EM: Oui, en 2011 c’était reparti. On avait à peine eu le temps de digérer le premier décret, qui a fait ses maladies de jeunesse. André Antoine s’est engouffré dans la brèche en disant que notre secteur coûtait cher et qu’il fallait couper les branches qui dépassaient...
On a désormais un partenaire, le Forem, qui sera aussi payeur et contrôleur.
AÉ: C’est vrai que ça a parfois été tendu avec André Antoine.

EM: André Antoine est un homme qui connaît très bien ses dossiers. Mais nous avions des divergences de vues, notamment concernant le financement, mais a...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Ça y est. Après six années de tractations, de manifestations et de négociations avec deux ministres – André Antoine (CDH) puis Éliane Tillieux (PS) –, le secteur des EFT/OISP – on dit aujourd’hui CISP, pour centres d’insertion socioprofessionnelle – tient enfin son décret et son arrêté, entrés en vigueur depuis le 1er janvier 2017. L’occasion de faire le point avec Eric Mikolajczak, secrétaire général de l’Interfédé CISP.

Alter Échos: Six ans, c’est long, presque un record. Vous êtes soulagé?

Eric Mikolajczak: Oh oui. On a commencé à négocier avec André Antoine en 2011, c’est long effectivement. Mais on avait déjà connu ça avec le décret EFT/OISP de 2004, que nous avions commencé à négocier en 1999 et qui était entré en application en 2008...

AÉ: Il n’y a donc eu que trois ans de répit entre les deux textes.

EM: Oui, en 2011 c’était reparti. On avait à peine eu le temps de digérer le premier décret, qui a fait ses maladies de jeunesse. André Antoine s’est engouffré dans la brèche en disant que notre secteur coûtait cher et qu’il fallait couper les branches qui dépassaient...
On a désormais un partenaire, le Forem, qui sera aussi payeur et contrôleur.
AÉ: C’est vrai que ça a parfois été tendu avec André Antoine.

EM: André Antoine est un homme qui connaît très bien ses dossiers. Mais nous avions des divergences de vues, notamment concernant le financement, mais a...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)