Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Urbanisme

Charleroi, ville en transformation. Quelle place pour les habitants ?

Depuis quelques années, Charleroi s’offre une nouvelle jeunesse. Pas un lifting, non. Plutôt une cure de jouvence en profondeur pour faire entrer cet ancien fleuron industriel belge dans un XXIe siècle assumé et pimpant: une reconversion urbanistique.

L’Hôtel de police, un bâtiment qui symbolise le renouveau de Charleroi. Crédit : Jean-Guillaume DeMailly

Depuis quelques années, Charleroi s’offre une nouvelle jeunesse. Pas un lifting, non. Plutôt une cure de jouvence en profondeur pour faire entrer cet ancien fleuron industriel belge dans un XXIe siècle assumé et pimpant: une reconversion urbanistique.

C’est au milieu des années 2000 que le changement s’amorce.

À cette époque, le projet Phénix est lancé grâce à des fonds européens FEDER. Il s’agit ni plus ni moins de reconvertir la ville basse. Les projets sont concentrés autour des abords de la Sambre et de la place verte. Il en coûte quelque 52 milliards d’euros et des brouettes.

C’est notamment grâce à Phénix que le projet Rive gauche a vu le jour. Le centre commercial encore flambant neuf est le fruit d’un partenariat avec un promoteur privé. Ce dernier a accepté de rénover espaces publics et bâtiments anciens à l’instigation de la ville.

Le cas du projet Rive gauche est intéressant. Nicolas Rochet travaille pour l’asbl Espace Environnement, un acteur incontournable dans la participation à Charleroi. Il rappelle qu’au début des années 2000, Rive gauche se trouvait en lice avec quatre ou cinq projets de centre commercial portés par des promoteurs différents. Une exposition et un vote ouverts aux habitants ont été organisés par la Ville pour arbitrer entre les projets. Le choix de la population a été respecté par les politiques et par les promoteurs immobiliers. L’...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Depuis quelques années, Charleroi s’offre une nouvelle jeunesse. Pas un lifting, non. Plutôt une cure de jouvence en profondeur pour faire entrer cet ancien fleuron industriel belge dans un XXIe siècle assumé et pimpant: une reconversion urbanistique.

C’est au milieu des années 2000 que le changement s’amorce.

À cette époque, le projet Phénix est lancé grâce à des fonds européens FEDER. Il s’agit ni plus ni moins de reconvertir la ville basse. Les projets sont concentrés autour des abords de la Sambre et de la place verte. Il en coûte quelque 52 milliards d’euros et des brouettes.

C’est notamment grâce à Phénix que le projet Rive gauche a vu le jour. Le centre commercial encore flambant neuf est le fruit d’un partenariat avec un promoteur privé. Ce dernier a accepté de rénover espaces publics et bâtiments anciens à l’instigation de la ville.

Le cas du projet Rive gauche est intéressant. Nicolas Rochet travaille pour l’asbl Espace Environnement, un acteur incontournable dans la participation à Charleroi. Il rappelle qu’au début des années 2000, Rive gauche se trouvait en lice avec quatre ou cinq projets de centre commercial portés par des promoteurs différents. Une exposition et un vote ouverts aux habitants ont été organisés par la Ville pour arbitrer entre les projets. Le choix de la population a été respecté par les politiques et par les promoteurs immobiliers. L’...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Jean-Guillaume DeMailly

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)