Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Pas de manche le dimanche à Charleroi

Plan de revitalisation du centre-ville de Charleroi. Opération revalidation ou dérive sécuritaire ?

La ville de Charleroi a lancé un vaste plan de sécurisation et de revitalisation de son centre-ville qui met en œuvre, entre autres, une réglementation plus stricte de la mendicité. Opération revalidation ou dérive sécuritaire ?
Si Paul Magnette (PS) avait voulu monter une opération de communication pour marquer avec force le changement à la tête de Charleroi, il ne s'y serait pas pris autrement. À grand renfort de communiqués de presse, le nouveau bourgmestre a lancé un vaste plan de sécurisation et de revitalisation du centre-ville. Il faut dire que le quartier de la ville haute en a plutôt besoin. Entre les dépôts illégaux d'immondices, les squats, le mobilier urbain régulièrement dégradé et les petits larcins, le sentiment d'insécurité s'est installé et les classes moyennes ont déserté le coin. Pour combattre les incivilités, le Général Magnette a donc lancé le plan Vauban, baptisé en référence aux fortifications militaires édifiées par l'architecte éponyme, sur lesquelles la ville a été fondée.
Le coup d'envoi des festivités a été donné en mars, par des contrôles policiers menés en collaboration avec l'Office des étrangers. L'opération a été renouvelée en mai. Bilan, se félicite la ville : vingt-huit personnes ont été privées de liberté, dont quinze pour séjour illégal, un mineur étranger non accompagné, quatre pour détention de stupéfiants, un pour état d’ivresse sur la v...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

La ville de Charleroi a lancé un vaste plan de sécurisation et de revitalisation de son centre-ville qui met en œuvre, entre autres, une réglementation plus stricte de la mendicité. Opération revalidation ou dérive sécuritaire ?
Si Paul Magnette (PS) avait voulu monter une opération de communication pour marquer avec force le changement à la tête de Charleroi, il ne s'y serait pas pris autrement. À grand renfort de communiqués de presse, le nouveau bourgmestre a lancé un vaste plan de sécurisation et de revitalisation du centre-ville. Il faut dire que le quartier de la ville haute en a plutôt besoin. Entre les dépôts illégaux d'immondices, les squats, le mobilier urbain régulièrement dégradé et les petits larcins, le sentiment d'insécurité s'est installé et les classes moyennes ont déserté le coin. Pour combattre les incivilités, le Général Magnette a donc lancé le plan Vauban, baptisé en référence aux fortifications militaires édifiées par l'architecte éponyme, sur lesquelles la ville a été fondée.
Le coup d'envoi des festivités a été donné en mars, par des contrôles policiers menés en collaboration avec l'Office des étrangers. L'opération a été renouvelée en mai. Bilan, se félicite la ville : vingt-huit personnes ont été privées de liberté, dont quinze pour séjour illégal, un mineur étranger non accompagné, quatre pour détention de stupéfiants, un pour état d’ivresse sur la v...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

La ville de Charleroi a lancé un vaste plan de sécurisation et de revitalisation de son centre-ville qui met en œuvre, entre autres, une réglementation plus stricte de la mendicité. Opération revalidation ou dérive sécuritaire ?
Si Paul Magnette (PS) avait voulu monter une opération de communication pour marquer avec force le changement à la tête de Charleroi, il ne s'y serait pas pris autrement. À grand renfort de communiqués de presse, le nouveau bourgmestre a lancé un vaste plan de sécurisation et de revitalisation du centre-ville. Il faut dire que le quartier de la ville haute en a plutôt besoin. Entre les dépôts illégaux d'immondices, les squats, le mobilier urbain régulièrement dégradé et les petits larcins, le sentiment d'insécurité s'est installé et les classes moyennes ont déserté le coin. Pour combattre les incivilités, le Général Magnette a donc lancé le plan Vauban, baptisé en référence aux fortifications militaires édifiées par l'architecte éponyme, sur lesquelles la ville a été fondée.
Le coup d'envoi des festivités a été donné en mars, par des contrôles policiers menés en collaboration avec l'Office des étrangers. L'opération a été renouvelée en mai. Bilan, se félicite la ville : vingt-huit personnes ont été privées de liberté, dont quinze pour séjour illégal, un mineur étranger non accompagné, quatre pour détention de stupéfiants, un pour état d’ivresse sur la v...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Sandrine Warsztacki

Sandrine Warsztacki

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)