Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Environnement/territoire

Bruxelles : le plan « Climat » sera-t-il social ?

Juste avant la COP21, la ministre bruxelloise de l’environnement Céline Fremault dotera Bruxelles d’un plan «Air-Climat-Énergie». Celui-ci rendra-t-il le ciel plus clément pour les personnes défavorisées?
Cet article vous intéresse? Découvrez la revue sous format papier & PDF pour 6€. Envoyez un mail avec «AE 409 + votre adresse » à mmx@alter.be

Juste avant la COP21, la ministre bruxelloise de l’Environnement Céline Fremault dotera Bruxelles d’un plan «Air-Climat-Énergie». Celui-ci rendra-t-il le ciel plus clément pour les personnes défavorisées?Cet article a initialement été publié le 4 novembre 2015.Le plan bruxellois «Air-Climat-Énergie» (PACE) est sur le point d’être d’adopté. Soit neuf axes et une grosse cinquantaine de mesures afin d’intégrer, en un seul document, un ensemble d’actions destinées à répondre aux défis de la hausse des prix de l’énergie et de la dépendance énergétique de la Région, à diminuer l’exposition de ses habitants à la pollution atmosphérique et à faire face au réchauffement climatique (voir encadré). Les impacts des politiques énergétiques et climatiques sur les personnes précarisées sont au cœur du dernier et neuvième axe du plan, intitulé «dimension sociale». Ce dernier suffira-t-il pour donner au plan un caractère social? À la lecture de l’avant-projet soumis à une consultation publique l’été dernier, les avis du terrain associatif sont mitigés.Le PACELe plan bruxellois «Air-Climat-Énergie» (PACE)(1) repose sur une série de principes fondateurs: les principes du pollueur-payeur, de précaution, de prévention, de standstill (le fait de ne pas réduire sensiblement le niveau de protection offert aux citoyens par les décisions existantes) et de réparation (l’obligation, en cas de dommage, de ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Juste avant la COP21, la ministre bruxelloise de l’Environnement Céline Fremault dotera Bruxelles d’un plan «Air-Climat-Énergie». Celui-ci rendra-t-il le ciel plus clément pour les personnes défavorisées?Cet article a initialement été publié le 4 novembre 2015.Le plan bruxellois «Air-Climat-Énergie» (PACE) est sur le point d’être d’adopté. Soit neuf axes et une grosse cinquantaine de mesures afin d’intégrer, en un seul document, un ensemble d’actions destinées à répondre aux défis de la hausse des prix de l’énergie et de la dépendance énergétique de la Région, à diminuer l’exposition de ses habitants à la pollution atmosphérique et à faire face au réchauffement climatique (voir encadré). Les impacts des politiques énergétiques et climatiques sur les personnes précarisées sont au cœur du dernier et neuvième axe du plan, intitulé «dimension sociale». Ce dernier suffira-t-il pour donner au plan un caractère social? À la lecture de l’avant-projet soumis à une consultation publique l’été dernier, les avis du terrain associatif sont mitigés.Le PACELe plan bruxellois «Air-Climat-Énergie» (PACE)(1) repose sur une série de principes fondateurs: les principes du pollueur-payeur, de précaution, de prévention, de standstill (le fait de ne pas réduire sensiblement le niveau de protection offert aux citoyens par les décisions existantes) et de réparation (l’obligation, en cas de dommage, de ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Juste avant la COP21, la ministre bruxelloise de l’Environnement Céline Fremault dotera Bruxelles d’un plan «Air-Climat-Énergie». Celui-ci rendra-t-il le ciel plus clément pour les personnes défavorisées?Cet article a initialement été publié le 4 novembre 2015.Le plan bruxellois «Air-Climat-Énergie» (PACE) est sur le point d’être d’adopté. Soit neuf axes et une grosse cinquantaine de mesures afin d’intégrer, en un seul document, un ensemble d’actions destinées à répondre aux défis de la hausse des prix de l’énergie et de la dépendance énergétique de la Région, à diminuer l’exposition de ses habitants à la pollution atmosphérique et à faire face au réchauffement climatique (voir encadré). Les impacts des politiques énergétiques et climatiques sur les personnes précarisées sont au cœur du dernier et neuvième axe du plan, intitulé «dimension sociale». Ce dernier suffira-t-il pour donner au plan un caractère social? À la lecture de l’avant-projet soumis à une consultation publique l’été dernier, les avis du terrain associatif sont mitigés.Le PACELe plan bruxellois «Air-Climat-Énergie» (PACE)(1) repose sur une série de principes fondateurs: les principes du pollueur-payeur, de précaution, de prévention, de standstill (le fait de ne pas réduire sensiblement le niveau de protection offert aux citoyens par les décisions existantes) et de réparation (l’obligation, en cas de dommage, de ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)