Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

Au jour… la nuit, 40 ans de fédération pour l’AMA

Ce 22 mai, l’AMA1, l’association des maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri, rassemblait plus de 450 personnes pour fêter ses quarante ansd’existence2. L’occasion pour l’asbl de faire le point sur les enjeux des prochaines années mais aussi de rendre compte des évolutions du secteur et de lacomplexité des situations vécues par les personnes en difficulté et les professionnels. Dans la foulée également, la sortie d’un livre : Les cent portes del’accueil. Il résulte d’une démarche initiée par l’AMA et mise en œuvre par deux sociologues qui sont allés à la rencontre destravailleurs de terrain.

23-05-2008 Alter Échos n° 252

Ce 22 mai, l’AMA1, l’association des maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri, rassemblait plus de 450 personnes pour fêter ses quarante ansd’existence2. L’occasion pour l’asbl de faire le point sur les enjeux des prochaines années mais aussi de rendre compte des évolutions du secteur et de lacomplexité des situations vécues par les personnes en difficulté et les professionnels. Dans la foulée également, la sortie d’un livre : Les cent portes del’accueil. Il résulte d’une démarche initiée par l’AMA et mise en œuvre par deux sociologues qui sont allés à la rencontre destravailleurs de terrain.

La salle est bondée, 450 personnes prennent place dans un joyeux brouhaha animé par la Compagnie de la sonnette venue donner un air de fête à ce colloque anniversaire.Pourtant, si on est bien venu célébrer les quarante ans de l’AMA, force est vite de constater que le secteur n’est pas toujours à la fête, loin de là. Letemps des premières maisons d’accueil de la fin du XIXe siècle et des asiles de nuit rudimentaires est aujourd’hui certes révolu. Et en écoutantAnne Devresse, présidente de l’AMA, retraçant l’historique, on ne peut que constater les progrès engrangés par le secteur depuis mai ’68, date decréation de l’AMA. Mais très vite, les chiffres actuels égrenés par les différents intervenants nous rappellent à la dure réalité. Ilexiste aujourd’hui 93 centres en Wallonie et à Bruxelles, contre 27 en 1975, répartis en différents types : maisons d’accueil, asiles et abris de nuit, centresd’accueil d’urgence, maisons de vie communautaire et maisons de type familial. En 2006, ces centres ont enregistré près d’un million de nuitées ethébergé à peu près 18 000 personnes différentes. Près de 3 000 places d’accueil pour personnes sans logement existent en Wallonie et àBruxelles, dont 48 % sont occupées exclusivement par des femmes, accompagnées ou non d’enfants.
Des personnes dont la majorité se retrouvent rarement sans logement de façon accidentelle. La plupart des usagers des maisons d’accueil ou des abris de nuit vivent dans une grandeprécarité, tant matérielle que physique et psychologique. Cependant, dans de nombreux cas, les personnes aidées n’ont pas vécu dans la rue. Lesévolutions sociales et l’augmentation de la pauvreté et de l’exclusion ont fait apparaître, au delà des profils traditionnels, de nouveaux « sans-abri» : les femmes victimes de violence, les familles monoparentales en situation de fragilité économique et sociale, les « travailleurs pauvres » ou encore lesétrangers à statut précaire et les illégaux.

Maintenir la diversité

Si le nombre de places d’accueil a augmenté, le nombre de demandes d’hébergement reste supérieur au nombre de places disponibles. Le secteur poursuit donc sonquestionnement : faut-il créer de nouvelles structures ? Manque-t-il certains types de centres ? Une maison d’accueil peut-elle et doit-elle accueillir tout le monde ? Tout de suite ?« Nous ne revendiquons pas spécialement l’ouverture de nouvelles institutions, sans analyse des besoins préalables du moins et nous restons vigilants par rapport àl’ouverture de lits d’urgence, précise Gilberte Eeckhout, vice-présidente de l’AMA. Nous avançons néanmoins différentes pistes d’action.» Parmi celles-ci, figure bien évidemment la mise en place de mécanismes en faveur de l’accès au logement des plus défavorisés : contrôle desloyers, allocation loyer, etc., ainsi que la mise en évidence du manque criant de logements sociaux, et plus particulièrement de ceux destinés à des familles trèsnombreuses. Autres pistes : l’augmentation des minima sociaux et l’individualisation des droits sociaux (et donc la suppression du statut de cohabitant). »
L’AMA insiste, via son autre vice-président, Alain Laire, pour maintenir la diversité de ses structures, qui coexistent pour répondre spécifiquement auxdifférents types de situation. « Nous refusons d’aborder l’organisation du secteur sous le seul angle de l’urgence sociale. Des mesures doivent être prises afinde préserver la position de service généraliste et d’acteur de première ligne de nos services où des personnes aux parcours très différents ontleur place et où l’objectif premier reste de recréer du lien social et ce, notamment en proposant des lieux de vie et d’accompagnement psychosocial. »

Le public change

Le secteur se dit également preneur d’un large débat avec tous les CPAS, tant sur les partenariats effectifs et possibles que sur l’harmonisation des pratiques, notammentsur la question des logements de transit, d’habitats accompagnés et de l’aide d’urgence. Petit appel du pied en passant également aux pouvoirs subsidiantsprésents au colloque afin qu’ils financent les institutions pour travailler efficacement la fin de séjour en maison d’accueil et que les personnes puissent investir unlogement de façon durable. Les moyens financiers manquent apparemment cruellement pour permettre aux travailleurs sociaux de développer des collaborations solides avec les servicesambulatoires et développer des projets de suivi, d’accompagnement post-hébergement.
Des tendances nouvelles apparaissent également : une chronicité de la vie en maison d’accueil, on passe d’une maison à l’autre, de plus en plus de famillesmonoparentales aussi. Une cohabitation pas toujours simple et des structures communautaires peu adaptées à la vie de famille. Enfin, une violence des usagers de plus en plusprésente dans les maisons. Une étude commandée par le ministre bruxellois de l’Action sociale (Cocof), Émir Kir (PS) , devrait d’ailleurs sous peuévaluer cette problématique.

L’AMA en résumé

L’AMA fédère aujourd’hui 67 institutions sur les 93 agréées à Bruxelles et en Wallonie, soit 3/4 du secteur (dont 1/3 sur Bruxelles et le reste enWallonie). Elles sont agréées par la Commission communautaire française (Cocof), la Commission communautaire commune (Cocom) ou la Région wallonne. Ces institutionsassurent l’accueil, l’hébergement et l’accompagnement d’adultes et de familles en difficulté psychosociale. Deux types de structures cohabitent au sein de lafédération, celles qui assurent l’hébergement (les maisons d’accueil et les abris/asiles de nuit) et celles qui font un travail ambulatoire (travailleurs de rue,centres de jour).

Les cent portes de l’accueil

Alors qu’il existe nombre d’ouvrages consacrés aux sans-abri, plus rares
sont ceux qui analysent les structures d’accueil mises en place pour leur venir en aide, notammentpar le biais de l’hébergement. Sur ce point, le livre Les cent portes de l’accueil3 est une première en Belgique francophone ; il résulted’une démarche initiée par l’AMA4 et mise en œuvre en toute indépendance par deux sociologues, Bernard De Backer et Paul Lodewick, qui sontallés à la rencontre de quelque quatre-vingts travailleurs de terrain.
Les deux premiers chapitres sont consacrés à l’historique du secteur des centres d’accueil en Belgique. Ensuite, on plonge dans les réalités contemporaines :le filet de sécurité que constitue le réseau des centres, les populations hébergées, les pratiques d’accompagnement mises en œuvre. Ceci pour faire faceà des défis considérables et croissants qu’on découvre au fil des pages. La précarisation en extension, les nouvelles formes de pauvreté,d’oppression, d’exclusion sociale, d’exil de soi ou d’ailleurs, dépassent en effet largement l’image du sans-abri telle que la renvoient les médias.

Quelques constats

L’ouvrage, qui se veut plus une monographie qu’une véritable recherche, analyse d’abord la croissance et la diversification de la population hébergée et,parmi elle, des femmes et des enfants. Ensuite, l’extension fréquente de la durée des séjours consécutive à l’extrême difficulté de trouverun logement, qu’il soit social ou privé, mais également de soutenir une vie autonome alors que la plupart des soutiens (financiers, sociaux, familiaux et psychologiques) se sontdélités. « La partie la plus marginalisée de la population sans logement, celle que l’on appelait autrefois les « clochards », ne trouve souvent plus sa place dans lesmaisons d’accueil, mais bien dans les abris et asiles de nuit, les centres d’urgence ou dans la rue et des logements de fortune (squats, campings, etc.), explique Bernard De Backer,auteur du livre5. La population hébergée quant à elle comporte une minorité de personnes ayant eu un accident de parcours et pouvant se réinsérerdans la vie économique et sociale. Mais la partie majoritaire de ces résidents cumule un nombre élevé de difficultés socioéconomiques, associéesà un grand isolement social et familial, des problèmes de santé mentale ou physiques qui rendent l’accès à un minimum d’autonomie trèsaléatoire. »
Une autonomie qui pose d’ailleurs question à l’auteur, puisqu’elle est au centre de la plupart des exigences des pouvoirs subsidiants et coulée dans les décretsrégissant le secteur. « Demander à des personnes de devenir autonomes alors qu’elles ne bénéficient d’aucune ressource – que ces ressources soientmatérielles, psychiques, cognitives ou physiques – c’est en soi violent. On ne peut baser toute l’approche sociale sur cet objectif. Or, actuellement, pour faire court, onest passé du « connais-toi toi-même » de l’Antiquité au « produis-toi toi-même ». C’est une illusion. Pourtant, c’est partout la consécration del’autonomisation individuelle. Si on regarde l’évolution des faire-part de naissance, par exemple comme me le rapportait un intervenant social, avant on disait « M. etMme Machin vous annoncent la naissance de leur fils », maintenant c’est « Youpla boum, je suis là ! J’auto-nais ! ». Maintenant, il faut aussi nuancer : il est plusdifficile d’accéder à l’autonomie quand on est sans ressources psychiques que sans ressources matérielles. Ainsi, des travailleurs sociaux m’expliquaient lorsde nos rencontres que souvent, ils avaient constaté que les primo-arrivants hébergés s’en sortaient parfois mieux que des Belges en maison d’accueil car lesressources psychiques étaient préservées chez les primo-arrivants. »
« On peut aussi se poser la question de savoir, poursuit Bernard De Backer, si le modèle culturel et la phraséologie convenue du « sujet autonome », avec les diverses pratiques quis’y trouvent associées : projet, contrat, intervention non directive, etc., sont bien adaptées à des situations où les personnes accompagnées ne disposent pasdu socle minimal qui leur permettrait d’entrer dans ce type d’interaction. Une des personnes que j’ai interviewées définissait très bien la problématique : « Avant, les gens nous arrivaient déconstruits, maintenant ils ne sont plus construits du tout. Ils n’arrivent pas à gérer leurs frustrations, plus aucune limiten’est donnée aux enfants. » »
Le défi relevé par les centres, leurs résidents et leurs travailleurs est donc considérable. Le travail social accompli est résidentiel, ce qui signifie que lescentres d’accueil accomplissent leur mission dans le cadre d’un partage de la vie quotidienne avec les usagers. Le lecteur découvrira, au travers du descriptif du fonctionnementdes centres et des témoignages illustrant chaque chapitre, comment les acteurs de terrain y font face. À noter que l’ouvrage est illustré par les très belles photographiesen noir et blanc de Pascal Ducourant.

1.AMA :
– adresse : rue Gheude, 49 à 1070 Bruxelles
– tél. : 02 513 62 25
– courriel : ama@ama.be
-site : www.ama.be
2. L’ensemble des interventions de cette journée sera compilée et téléchargeable sur le site de l’AMA : www.ama.be

3. Bernard De Backer, Les cent portes de l’accueil, Héberger des adultes et des familles sans abri, Éd. Couleurs livres, Bruxelles, 2008. L’ouvrage est disponibleen librairie mais également auprès de l’AMA.
Une version en néerlandais est également disponible auprès de la Fédération Bico, rue du Boulet, 30 à 1000 Bruxelles – tél. : 02 513 58 76.
4. Le livre couvre tout le secteur (Wallonie et Bruxelles, Cocof/Cocom) et pas seulement les membres fédérés par l’AMA. Outre le comité d’accompagnement qui comportait desmembres de la fédé Bico et de l’Arca, certains des quatre-vingts directeurs et travailleurs rencontrés venaient également de maisons non-membres de l’AMA.
5. Avec la participation de Paul Lodewick.

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)