Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Ambulatoire bruxellois : plus sœur Anne pour longtemps

Évoqué depuis trois législatures, un décret pour l’ensemble du secteur ambulatoire est annoncé sous peu sur les bancs du Parlement bruxellois. Actuellementen phase de consultation, l’avant-projet représente une avancée pour la majorité des fédérations concernées. Sans toucher ni aux missions ni auxmoyens, le futur décret tend vers une harmonisation du secteur et introduit des éléments de méthode en échange d’une pérennisation desagréments.

16-03-2008 Alter Échos n° 248

Évoqué depuis trois législatures, un décret pour l’ensemble du secteur ambulatoire est annoncé sous peu sur les bancs du Parlement bruxellois. Actuellementen phase de consultation, l’avant-projet représente une avancée pour la majorité des fédérations concernées. Sans toucher ni aux missions ni auxmoyens, le futur décret tend vers une harmonisation du secteur et introduit des éléments de méthode en échange d’une pérennisation desagréments.Pour rappel, le secteur ambulatoire à Bruxelles, ce sont douze services : santé mentale, toxicomanies, action sociale globale, planning familial, maisons médicales,médiation de dettes, aide aux justiciables, « Espaces-rencontres », coordination de soins et services à domicile, soins palliatifs et continués, aide àdomicile et accueil téléphonique. Il emploie environ 1 400 travailleurs ETP (soit 1 600 personnes), sous la tutelle de deux ministres du Collège de la Commission communautairefrancophone (Cocof), Émir Kir (PS) et Benoît Cerexhe (CDH).AgrémentLe futur décret prévoit d’octroyer aux services un agrément à durée indéterminée, plus confortable ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)